Un engagement réfléchi

Extraits d'un article écrit par Carine Poletti, publié dans Equi-Nutizie en octobre 2008. Les chiffres sont donnés à titre indicatif en euro, annuellement et approximativement.

Un cheval ne doit pas être seul (c'est un animal grégaire), il doit avoir suffisamment de place pour se mouvoir aux 3 allures, il doit manger à sa faim (foin et complément alimentaire), avoir à boire à volonté (1500€ pour un cheval au repos ou à la retraite).

Il doit être ferré tous les 45 jours environ (500€), être vacciné annuellement (20€), être vermifugé à chaque changement de saison (120€), voir le dentiste tous les 2 ans (entre 50 et 100€) et être assuré en responsabilité civile (30€).
Soit un budget annuel de 2200€ si tout se passe bien.

Mais en général, les chevaux ont toujours des petits "bobos" et des soins (graisser les sabots 2 fois par semaine), prévoir un budget de produits pharmaceutiques et vétérinaires (200€) ! Sans parler des gros problèmes éventuel...

A cela, si vous désirez le monter, il faut rajouter la licence (assurance équestre). L'addition s'élève déjà à plus de 2400€ par an dans le meilleur des cas pour un travail de base, je ne compte pas les sorties en compétitions ou les frais de déplacement divers, les locations du terrain, les sorties en rando, etc...
Il faut également investir dans le matériel du cheval (selle, filet, licol, tapis, protections, pansage, etc..) entre 300 et 500€ et celui du cavalier (pantalon d'équitation, casque, bottes, etc...) entre 100 et 200€.
Heureusement, ces dépenses ne sont pas renouvelées tous les ans.

Prendre un cheval n'est pas une décision que l'on doit prendre à la légère, il faut y réfléchir, savoir si l'on peut assumer en temps (un cheval mange 2 fois par jour tous les jours qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige, qu'il fasse chaud ou que l'on soit en vacances), en argent et en implication personnelle (un cheval est un animal qui a des sentiments tout comme nous et avec qui on va établir une relation quelle qu'elle soit).
Il faut également penser à long terme : que deviendra ce fidèle compagnon une fois sa carrière terminée ? Pourra-t-on lui offrir une heureuse retraite bien méritée une fois qu'il sera remplacé par un cheval plus jeune et plus "utile" ?

Pour avoir son premier cheval à soi, la solution la simple et la plus sûre (mais évidemment la plus coûteuse) est de le placer en pension dans un club ou une écurie où des professionnels s'en occuperont. Sinon, se rapprocher d'une association de cavaliers indépendants peut permettre de rencontrer des gens dans la même situation qui pourront partager expérience et conseils. Mais en cas d'urgence, ils ne seront pas forcément là au bon moment !

C'est pourquoi il est important de s'informer et d'informer les novices avant l'achat d'un équidé. Alors merci de faire passer le message...

fermer