n°18 - février 2011

tous les numéros d'é-kilibre fleche lien

Editorial | Mon Shagya, mon rêve ! | Le Pure Race Espagnol en Corse | Appel pour l'âne corse | La phrase du mois
Le CEI de Zappa'Horse Endurance a son site | Bon à savoir | La photo du mois | Idée à suivre | Dans la presse

Editorial

par Carine Poletti

Apprendre à tomber de cheval ?

On entend par "chute" un événement à l'issue duquel une personne se retrouve, par inadvertance, sur le sol ou toute autre surface située à un niveau inférieur à celui où elle se trouvait précédemment.

Avec plus de 2000 chutes annuelles en France avec hospitalisation, le débat fait rage : faut-il apprendre aux cavaliers, dès leur plus jeune âge, à tomber de cheval avant d'apprendre à monter à cheval ?

Beaucoup de clubs ont trouvé des solutions alternatives en pratiquant des jeux comme "à pied, à cheval" ou "paf tu tombes", qui permettent aux cavaliers de moins appréhender la chute quasiment inévitable !

Mais la chute se produit souvent au moment où l'on s'y attend le moins et, donc, les réflexes de survie (comme s'accrocher au cheval jusqu'au bout) sont toujours là. C'est généralement quand on sait que l'on va tomber mais qu'on ne veut pas et donc que l'on s'accroche au cheval par tous les moyens possibles que l'on se fait mal !

En Angleterre, British Eventing a proposé à des cavaliers internationaux de Concours Complet une journée pilote intitulée "Entraînement à la chute pour les cavaliers de CCE", utilisant le simulateur Equichute (photo).

Equichute

Au vu de son succès, d'autres stages sont prévus car le Cross est la discipline la plus mortelle statistiquement avec une vingtaine de décès par an. Quels que soient la discipline, le niveau, l'équidé ou le cavalier : pour ne pas tomber il ne faut pas monter !

« Le cheval est dangereux devant, dangereux derrière et inconfortable au milieu. » (Winston Churchill )

Beaucoup de personnes montent encore sans bombe, se croyant sûrement invincibles ! Ou bien très bon cavalier, mais il n'y a pas de risque zéro. Nous sommes tous mortels et nous montons des animaux dressés, mais qui restent tout de même des animaux peureux.

Quelques chiffres :
Le taux d'accidents selon le sport pratiqué
1. Sports d'équipe 42,9 %
2. Sports impliquant un véhicule à roues 19,68 %
3. Sports d'hiver 9,82 %
4. Sports de combat 4,94 %
5. Gymnastique 4 %
6. Sports hippiques 3,76 %
7. Athlétisme 3,7 %
8. Sports nautiques 3,45 %
9. Sports de raquette 3,25 %
10. Autres 4,37 %

Mieux vaut-il donc sauter "prudemment" quand on sent la chute arriver ou tenir en selle quoi qu'il arrive et risquer une mauvaise chute (même si il n'y en a pas de bonnes je vous l'accorde) ? Le débat est ouvert...

Source : http://www.securiteconso.org/article358.html

retour haut de page

Mon Shagya, mon rêve !

par Sandra Mazzoni

Quelle rencontre, quel coup de foudre ... Une beauté, une prestance, une légèreté, un allant… Je t'ai rencontré lors d'un salon en Avignon, et tu m'as subjuguée...

Une race de chevaux exceptionnelle, jusqu'alors peu connue et peu répandue : le SHAGYA.

Hakim Alkan, étalon approuvé
Hakim Alkan, étalon approuvé

Le Shagya vous séduira par 

Son physique :
c'est un cheval noble, d'une extrême élégance et doté d'allures souples, légères et très aériennes.
Son caractère :
très proche de l'homme, d'une gentillesse sans égal, un vrai pot de colle qui ne demande qu'à passer du temps avec vous.
Son potentiel sportif :
la morphologie du Shagya le prédispose à de nombreuses disciplines équestres : endurance, CSO, dressage, cross, TREC, attelage…
Sa généalogie :
une traçabilité des origines exceptionnelle grâce à la "shagyadatabase" (base des pedigrees) qui permet de remonter en 1600 ! Cinq générations minimum renseignées …

La nouvelle compagnie de ma pouliche fraîchement débarquée au printemps 2009 n'a fait que confirmer les discours des passionnés rencontrés jusqu’alors.

Carol, étalon approuvé, le père de ma pouliche
Carol, étalon approuvé, le père de ma pouliche

Ses origines :

Une race hongroise a été fondée en 1789 sur décret de l'Empereur d'Autriche et Roi de Hongrie, Joseph II. Il s'agit de faire un cheval de guerre endurant comme l'arabe mais avec davantage de cadre pour porter le hussard, son paquetage et tirer les canons... Le modèle importe autant que le tempérament : inutile de risquer sa vie avec un animal trop rétif et peu fiable... Un cheval coopératif, résistant et puissant pour l'emporter sur les champs de bataille : un rêve de hussard !

Son modèle :

La morphologie type du Shagya se veut proche de celle d'un pur-sang arabe athlétique et de grand format . Il s'en distingue par son cadre plus important (il doit tenir dans un rectangle), son ossature plus forte (son tour de canon doit être supérieur à 18 cm) et sa taille plus grande, entre 1m 54 et 1m 62.

Les Arabes Shagya associent les caractéristiques primaires des pur-sang arabes, telles que le type, la vaillance et la robustesse, l'endurance, la tempérance et la proximité avec l'homme, avec celles issues de la sélection, à savoir la taille, le cadre, l'ossature, le comportement sous la selle, l'amplitude des mouvements et les aptitudes au saut.

Son tempérament :

On aime le Shagya pour son caractère en or ! Rare, unique, attachant, joyeux et coopératif, le Shagya est le compagnon idéal de toute la famille.

Tous les propriétaires de Shagyas sont ravis par leur tempérament équilibré, leur extrême gentillesse, leur naturel coopératif qui font d'eux des compagnons sûrs et agréables.

Ces chevaux furent, dès l'origine, sélectionnés pour leur caractère. Aussi le Shagya se révèle-t-il un vrai cheval de travail qui étonne positivement ceux qui ne connaissent pas la race.

Durant les guerres, il fallait un cheval courageux, rapide et maniable qui puisse être utilisé pour toutes les tâches: traction du matériel, charges sur les troupes, longs déplacements en campagne. Inutile de risquer de perdre du temps ou sa vie avec un animal récalcitrant, il fallait un cheval fiable à tout point de vue.

L'Arabe Shagya est le cheval polyvalent par excellence, celui dont rêve tout cavalier qui ne souscrit pas à une seule discipline.

Sa sélection rigoureuse comme cheval de guerre lui a conféré un tempérament observateur, stable et agréable. C'est un cheval courageux et maniable qui peut être utilisé monté, attelé, voire bâté. Il sait s'adapter avec beaucoup de facilité à de très nombreuses situations. Il est facile à éduquer et sait se confronter à de nouvelles circonstances avec intelligence et noblesse. Le débourrage, conduit dans le respect, l'observation et la souplesse, est un véritable plaisir. Le Shagya aime apprendre et sait le montrer. Il participe!

Jamina, ma pouliche, au printemps 2009
Jamina, ma pouliche, au printemps 2009

Jamina, décembre 2010
Jamina, décembre 2010

Le Shagya est vraiment la monture qui convient à un grand nombre de cavaliers. De par son élégance, son intelligence, son intérêt pour l'homme il ne peut que convaincre le cavalier désireux de trouver enfin le cheval d'une vie.

Très peu de Shagya vivent en Corse... Trop peu, alors venez les rencontrer  !

source : http://www.shagyafrance.fr/

retour haut de page

Le Pure Race Espagnol en Corse

 

Alain Mattei est, depuis peu, l'heureux propriétaire d'une jument et de deux pouliches de Pure Race Espagnole, achetées à Séville.

Il souhaite créer une association corse autour de cette race, afin de recenser les chevaux ibériques sur notre île et instaurer des échanges entre les propriétaires.

Les personnes intéressées sont priées de contacter Alain Mattei, par téléphone au 06 82 85 26 16 ou par email : matteialain@wanadoo.fr.

Une présentation de la race devrait être proposée lors de la prochaine édition de Cavall'in Festa.

Jument
Jument de 8 ans approuvée pour la reproduction. Un modèle baroque très recherché, même en Espagne, car de moins en moins courant...

pouliche

Jument
Les pouliches de 2 ans

retour haut de page

Appel pour l'âne corse

par Laetitia Taillade

La reconnaissance de la race de l'âne corse vient d'être lancée. Pour assurer sa réussite, il faudra inscrire sur la liste 500 ânes et ânesses correspondant au standard (qui n'est pas encore arrêté), qui seront les géniteurs de ces futurs ânes corses à papiers.

Nous faisons appel à tous pour lancer un recensement des ânes à travers la Corse, recensement qui permettra de définir le standard et, s'ils correspondent, de retenir ces individus pour leur inscription sur la liste.

Merci de participer en recensant vos ânes ou ceux autour de vous. Pour cela, envoyez-nous par email, les coordonnées du propriétaire, la taille et la robe de l'âne en précisant son sexe et, si possible une photo à :

adresse mail

Si tout le monde s'y met, notre âne, partie intégrante de notre patrimoine, devrait être reconnu dans trois ans.

retour haut de page

La phrase du mois

par Andy Booth

La perfection est juste une progression consécutive.

retour haut de page

Le CEI de Zappa'Horse Endurance a son site

 

Zapp'Horse Endurance a maintenant son site Internet, consacré pour l'instant au raid équestre international des 11, 12 et 13 mars prochains. L'adresse : http://www.zappahorse.com.

site Zappa'Horse

Vous y trouverez toutes les informations utiles sur la compétition.

retour haut de page

Bon à savoir

par Carine Poletti

Au terme de leurs études, les médecins prêtent le serment d'Hippocrate, texte fixant un cadre moral ou éthique pour l'exercice de la médecine. Pour les vétérinaires, il s'agit du serment de Bourgelat.

Bourgelat fut écuyer et vétérinaire, il fut aussi avocat et mousquetaire. Il quitte sa carrière d'avocat, ayant gagné une cause qu'il estime injuste. Il est nommé en 1740 à la tête de l'Académie d'équitation de Lyon, qui acquit alors une réputation considérable. En 1777, il publie "Règlement pour les Écoles vétérinaires" . C'est l'article 19 de ce règlement que lisent les vétérinaires entrant dans la vie active :

« Toujours imbus des principes d'honnêteté qu'ils auront puisés et dont ils auront vu des exemples dans les Écoles, ils ne s'en écarteront jamais. Ils distingueront le pauvre du riche. Ils ne mettront point à un trop haut prix des talents qu'ils ne devront qu'à la bienfaisance et à la générosité de leur patrie. Enfin, ils prouveront par leur conduite qu'ils sont tous également convaincus que la fortune consiste moins dans le bien que l'on a que dans celui que l'on peut faire. »

A ce texte ancien, ils doivent rajouter :

« Je promets et je jure devant le Conseil de l'Ordre des vétérinaires de conformer ma conduite professionnelle aux règles prescrites par le code de déontologie et d'en observer en toute circonstance les principes de correction et de droiture.

Je fais le serment d'avoir à tout moment et en tout lieu le souci constant de la dignité et de l'honneur de la profession vétérinaire. »

retour haut de page

La photo du mois

 

photo du mois

retour haut de page

Idée à suivre

 

Au Royaume-Uni, les possesseurs d'Iphone peuvent installer gratuitement une application que peut s'avérer très utile : V-E-T, Vet Emergency Telephone. Ce programme permet de connaître le vétérinaire le plus proche de votre position, grâce au GPS du téléphone.

vet

La banque de données devrait être élargie à la France, l'Italie et l'Espagne.

Espérons que les développeurs proposeront également une version pour les autres marques de smartphones...

Une application française concurrente existe mais, d'après les avis utilisateurs, elle manque de fiabilité.

retour haut de page

Dans la presse

Le Télégramme, quotidien régional du Grand Ouest, s'intéresse à la maltraitance des équidés; transmis par Eveline Coppez Deidda

Morbihan - Chevaux abandonnés. La SPA propose une solution amiable (2 janvier 2011)

Un poulain mort faute de soins et des chevaux maltraités. À Erdeven, la Société protectrice des animaux a porté plainte, mais privilégie une confiscation à l'amiable. «C'est de l'inconscience même!». Bernard Cerqueu ne décolère pas. Enquêteur, inspecteur et administrateur de la Société protectrice des animaux (SPA), il vient chaque jour nourrir les chevaux laissés à l'abandon, sans nourriture, sans abri et dans une prairie fangeuse, par leurs propriétaires, un couple d'Erdeven. Ceux-ci, absents, n'ont pu être entendus par les gendarmes. Mais sa colère porte d'abord sur la mort du petit poulain, mercredi. «La SPA a été alertée par un riverain à la suite d'une nouvelle divagation des chevaux. On a constaté que les chevaux manquaient vraiment de confort, mais surtout, plus loin dans le pré, on a trouvé, allongé, un poulain âgé de deux ans. Il était d'une maigreur insupportable. Il souffrait de diarrhée, certainement depuis une dizaine de jours. Il parvenait à manger, mais se vidait au fur et à mesure. Un vétérinaire a procédé à une perfusion, mais durant seulement un quart d'heure. Et avec l'aide des services de la mairie, il a été porté dans un endroit chaud pour tenter de le sauver. Mais le lendemain matin, je l'ai trouvé mort. Déjà, sa mère était morte en juin. Si on nous avait appelés plus tôt, le poulain aurait pu être sauvé».

Confiscation ou restitution

Et Bernard Cerqueu de citer l'article R.653-1 du code pénal qui sanctionne d'une contravention de troisième classe le manquement ou la négligence conduisant à la blessure ou à la mort d'un animal. La SPA de Vannes a porté plainte auprès de la gendarmerie. Et, hier, un rapport établi par la Direction des services vétérinaires est parvenu à la mairie de la commune. Mais plutôt qu'une longue action judiciaire, la Société privilégie une solution à l'amiable de confiscation temporaire des animaux, en attendant que les propriétaires apportent les garanties nécessaires pour un bien-être durable des survivants. «Par un accord amiable entre la SPA et les propriétaires, les chevaux devraient être enlevés. On les gardera trois mois. Si au bout de ce délai, les propriétaires présentent une solution acceptable, on leur restituera les chevaux, sinon, ils seront définitivement confisqués».

Bretagne - Lannebert (22). Trois chevaux découverts morts sous une bâche (2 janvier 2011)

«Je savais qu'il y avait quelque chose. J'avais appris par des amis qu'il y avait un cheval mort. Ce n'est pas la première fois», témoigne celui qui a découvert trois chevaux morts, sous une bâche, dans un hangar désaffecté au lieu-dit Poul Ranet, à Lannebert (22).

L'homme connaît la propriétaire des lieux, une femme âgée d'une cinquantaine d'années. «Elle adore les chevaux. Quand il faut s'en occuper, elle est dépassée. Elle adore tous les animaux. C'est une vraie boulimie». Dans la nuit de jeudi à vendredi, il décide de se rendre sur place. Dans le hangar, il trouve une trentaine d'animaux: chevaux, bovins, des volailles, des moutons, un lama et des cochons en très mauvaise santé. «On leur a donné de l'eau». Sous une bâche, il fait une macabre découverte: trois chevaux morts. Vendredi matin, Louise Boulbin, présidente de la SPA Penthièvre Mené, appelle les gendarmes pour les alerter. Très choquée, la septuagénaire ne décolère pas: «Cette dame avait trop d'animaux dans ce poulailler désaffecté. Elle ne les nourrissait pas assez. Il est interdit d'élever des animaux dans ce hangar. Ça durait depuis une dizaine d'années. J'ai déjà alerté la sous-préfecture et la DSV (direction des services vétérinaires) sans réponse».

Animaux sous-alimentés

Ayant l'intention de déposer une plainte, Louise Boulbin demande aux gens de signaler les cas de maltraitance d'animaux dont ils sont témoins. Vendredi matin, les gendarmes et la DSV se sont déplacés au lieu-dit Poul Ranet, qui se trouve à 500m du bourg de Lannebert, en direction de Pludual. Sur place, ils ont découvert les animaux sous-alimentés et les chevaux morts. Les premières constatations ont permis d'écarter tout acte de violence. La DSV doit désormais procéder à une évaluation du cheptel pour savoir si les animaux vont être placés ou euthanasiés.

retour haut de page
version imprimable