n°2 - octobre 2009

tous les numéros d'é-kilibre fleche lien

Editorial | L'éthologie équine et le bien-être animal | La phrase du mois | Randonnée en Argentine
Championnat d'équitation de travail et de tradition | L'entraînement du cheval d'endurance | Identification des équidés
La photo du mois | Dans la presse

Editorial

par Carine Poletti et Laetitia Taillade

Sauvetages

En septembre, nous nous sommes déplacés à l'hippodrome de Biguglia pour mener une enquête sur le monde des courses (voir sur notre site la page "chevaux de courses"), faire connaître l'association et faire savoir aux propriétaires et entraîneurs de chevaux de course que nous voulions tenter de recaser les infortunés réformés destinés à la boucherie. Nous avons reçu un accueil favorable et des promesses de contacts.

Une personne travaillant pour une écurie de trotteurs nous a parlé de deux très gentils chevaux qu'ils avaient en location et qui, au vu de leurs résultats, repartaient chez leurs propriétaires sur le continent, ces derniers les destinant à l'abattoir. Nous lui avons demandé de négocier un prix attractif pour essayer de les vendre, en Corse, à des cavaliers respectueux.

Sans nouvelles et ayant de notre côté un acheteur potentiel, nous avons rappelé l'entraîneur. A temps ! Trois trotteurs devaient embarquer le soir même pour leur dernier voyage. Nous avons obtenu un délai d'une semaine mais le prix n'était pas négociable : 750€ HT le cheval, le prix de la viande.

Nous avons donc lancé notre premier appel pour sauver ces trois trotteurs âgés respectivement de 6, 8 et 9 ans. Nous l'avons diffusé par courrier électronique à plus de 300 cavaliers et amis des chevaux en Corse et ailleurs. Beaucoup se sont mobilisés et ont relayé l'information auprès de leur entourage. Quelqu'un a fait diffuser le SOS sur les ondes de RCFM. Une association de protection féline nous a envoyé un chèque et a fait un appel aux dons auprès de ses membres pour d'éventuelles futures interventions. Une association de sauvetage de chevaux du continent nous a appelé pour nous injurier car "nous devrions avoir honte d'envoyer des chevaux à l'abattoir" (le téléphone arabe marche bien mais il est parfois déformant !). Des centres équestres les ont proposés à leurs cavaliers qui souhaitaient acquérir un cheval. Plusieurs personnes ont affiché une annonce chez leur vétérinaire ou sur leur voiture...

La mauvaise nouvelle est tombée le 5 octobre : malgré les efforts de l'entraîneur, le propriétaire du trotteur de 8 ans ne veut rien savoir, il n'a aucunement l'intention de faire l'effort de remplir et poster un formulaire de cession. Le cheval a embarqué dans la soirée pour Marseille, de là il est parti en camion pour l'Italie où il devait être abattu et transformé en farine animale et pâté pour chien.

Le même jour, deux bonnes nouvelles se confirmaient : d'une part les deux autres chevaux commençaient une nouvelle vie comme chevaux de loisirs (retrouvez-les prochainement sur notre site : page "suivi"), d'autre part nous avions enregistré plusieurs demandes d'adoption.

Beaucoup de personnes ont ainsi découvert que l'abattage des chevaux de courses pour la viande est une réalité, en Corse aussi, et souhaitent participer à leur offrir une seconde chance. En France, on estime que 80% des trotteurs finissent en steak ou en nourriture pour animaux. L'entraîneur, avec qui nous avons pu réaliser ce sauvetage, nous expliquait que, galopeurs et trotteurs confondus, 20000 poulains étaient mis au monde chaque année. Sur ces 20000, 6000 à 7000 étaient abattus avant d'atteindre leur premier anniversaire. A la fin du mois, dans le sud de la France, 1000 à 2000 chevaux allaient être entassés dans des camions en direction des abattoirs italiens.

Grâce à ce premier sauvetage, les entraîneurs ont pu constater qu'il y a une possibilité de recaser les chevaux en Corse et ils devraient, dorénavant, alerter Equitable-Corse avant d'acheter un aller simple vers l'étal du boucher à ceux dont le seul tort est de ne pas courir assez vite.

Merci aux acquéreurs de ces chevaux, merci à tous ceux qui se sont mobilisés pour leur éviter le couteau !

La saison des courses s'achève à la fin du mois. Nous serons présents à l'hippodrome de Casatorra Biguglia le 25 octobre, pour les courses de clôture, pour recenser les chevaux réformés et, avec votre soutien, faire tout notre possible pour leur éviter la mort.

retour haut de page

L'éthologie équine et le bien-être animal

par Jérôme Raffo

Il est difficile de parler d'éthologie équine sans faire référence à la recherche du bien-être du cheval. Ceux qui pratiquent avec enthousiasme les différentes méthodes, qu'elles proviennent de La Cense, de Pat Parelli ou encore d'Elisabeth de Corbigny, sont animés par deux objectifs : améliorer la relation qu'ils ont avec leur monture et lui procurer du bien-être. Le bien-être peut se situer sur trois plans :

Pour ce qui est du bien-être physique, toute personne, dotée d'amour du cheval et du sens des responsabilités, peut procurer à son compagnon le bien-être dont il a besoin, à savoir :

Pour ce qui est du bien-être émotionnel et mental du cheval, encore faut-il savoir ce qu'est un cheval. Quels sont les traits de caractère propres à cette espèce si différente de la nôtre ? Quelles sont ses peurs, ses réactions, ses buts, sa relation avec ce qui l'entoure, son mode de vie, sa relation avec autrui, comment nous perçoit-il, nous, et ce que nous faisons ? Et la plus grande erreur faite par l'humain est de considérer le cheval comme un humain, ou, pire encore, comme un chien de compagnie. Est-ce l'aimer que de le gaver de pommes et de sucre, le protéger du monde extérieur en l'enfermant dans une prison dorée, lui acheter le tapis assorti à ses protections, le pouponner pendant des heures...? Non. D'ailleurs un cheval aime être plein de boue, ça le protège des parasites, il n'a que faire de l'argent et d'avoir le plus beau tapis quand il va en concours, il aime les grands espaces et jouer avec ses congénères, il aime rester à distance de celui qu'il considéra toujours comme un prédateur, il n'aime pas être isolé, puisque c'est un animal grégaire qui a besoin d'une hiérarchie et de l'organisation d'un troupeau pour savoir qui il est, quelle est sa place. L'aimer ne serait-ce pas tout bonnement le considérer pour ce qu'il est, un cheval, et pas pour ce qu'on aimerait qu'il soit, un copain.

Les études récentes du comportement de l'animal dans son milieu naturel ont permis de donner naissance à l'équitation éthologique qui tient compte en permanence de l'état émotionnel du cheval. Les méthodes d'apprentissage utilisées lui sont familières et permettent de contrôler ses peurs et, ainsi, de maîtriser ses réflexes de défenses. Améliorer notre attitude autour des chevaux et s'adapter à leur fonctionnement est primordial pour mieux comprendre leurs angoisses qui sont souvent la raison de nos frustrations et colères.

Essayons de mieux le connaître, étudions son fonctionnement émotionnel, son mode d'apprentissage, sa conception du respect et de la confiance et, ceci, afin d'améliorer notre relation avec lui et ,surtout, d'être capable de lui fournir le bien-être dont il a réellement besoin.

retour haut de page

La phrase du mois

par Michel Henriquet

"Tout ce qui va se passer autour du poulain et contre lui va marquer de manière indélébile sa mémoire et son attitude ; s'il est possible de revenir sur une maladresse, sachez que jamais le cheval n'oubliera le geste qui l'a provoquée, et que des années après, ce geste créera encore inquiétude ou panique".

retour haut de page

Randonnée en Argentine

par Sandra Mazzoni

Un groupe de cavaliers corses a effectué une randonnée en Argentine. Parmi eux, trois membres de Equitable-Corse...

L'Argentine, destination de rêve pour tout cavalier d'aventure!

Quelle belle équipe corse qui s'envole le 2 mars 2009 pour un très long voyage, destination: le Sud de la Patagonie pour El Calafate.

En Argentine

Huit jours d'itinérance à cheval avec notre guide Marc Antoine, français converti, sur des criollos qui nous mèneront au bout du monde à l'estancia Ménélik, ranch de Patagonie sur les flancs de la Cordillères des Andes près du Perito Moreno National Park. Randonnée à travers les plaines, les steppes, le désert minéral patagonien, les paysages western, traversées de Rios...

Rencontres pittoresques avec les gauchos, cavaliers intrépides qui nous accueillent avec hospitalité dans leur estancia dont ils ont la garde sur des dizaines de milliers de m², autour d'un asado grillé au feu de bois (agneau ou mouton entier sur broche piquée au sol devant les flammes).

En Argentine

Découverte de la faune locale : guanacos (petits lamas roux), tatous (petits mammifères recouverts d'écailles), ñandues (petites autruches), troupeaux de juments sauvages et de leurs poulains, observations d'empreintes de puma !

Un voyage riche en émotions, de découvertes, exploration d'un pays lointain qui laissera des souvenirs mémorables.


Plus de photos ici.

Pour en savoir plus sur la randonnée, le site de l'organisateur : Estancia Santa Thelma

retour haut de page

Championnat d'équitation de travail et de tradition

par Sabrina Spinosi

Pour la première fois en Corse, un championnat régional d'Équitation de Travail et de Tradition va être organisés du 14 au 15 novembre 2009 à la ferme équestre Le Ranch, à Sagone. Les règles de cette compétition sont fixées par le règlement de la Fédération Française d'Équitation. Cette manifestation permettra de mesurer l'engouement de cette "nouvelle "discipline.

L'équitation de travail se présente à travers plusieurs influences :

D'autres populations à travers le monde ont aussi leur équitation de travail traditionnelle comme, par exemple, les gauchos d'Amérique du Sud ou les les nomades de Kirghizie (Asie Centrale) et de Mongolie qui déplacent des troupeaux...

Affiche

Le week-end sera rythmé par différentes activités (démonstration de reining/tri du bétail, reprise de dressage, maniabilité chronométrée, tri du bétail en individuel, team penning, barrel race reconnaissance du cheval corse, vente de criollos).

Dans l'avenir nous espérons voir le cheval corse briller dans cette discipline. Notons par ailleurs que ce dernier a été, par le passé, d'une précieuse aide pour les bergers qui transhumaient le bétail sur des terrains souvent difficiles et avec lequel ils travaillaient sur leurs troupeaux (tri, conduite du bétail); nous lui souhaitons un retour en force !

Nous espérons lors de ce championnat voir le maximum de cavaliers d'horizons différents.

Programme et présentation de la manifestation sur le site de la Ferme Equestre le Ranch :
http://www.ranch-sagone.com/equitation-de-travail-et-tradition_r10.html

retour haut de page

L'entraînement du cheval d'endurance

par Carine Poletti

L'endurance est une pratique sportive de l'équitation qui allie le plaisir d'une compétition à une connaissance approfondie de son cheval. Il s'agit de parcourir une distance donnée, en terrain varié, tout en maintenant son cheval en bonne condition. Cette recherche de connaissance du cheval va de pair avec le respect du cavalier pour sa monture.

La mise en condition consiste, pour un cheval éduqué et qui a déjà acquis le geste (cheval léger, qui va à l'allure qu'on lui demande et avec de bonnes transitions), à acquérir l'aptitude à la compétition à tous points de vue : musculaire, mais aussi digestive et métabolique. Elle dépend de l'objectif.

La progression se fait sur le terrain, aucun examen ou "Galop" n'est nécessaire. A l'issue d'une épreuve, lorsque tous les critères vétérinaires ont été satisfaits et que la vitesse moyenne de l'épreuve a été respectée (quelque soit le classement), le cavalier et le cheval se trouvent qualifiés pour participer à l'épreuve de niveau supérieur.

Une épreuve d'endurance, même de 20 km, est une épreuve sportive pour laquelle le cheval et le cavalier doivent être préparés. Il faut que le cheval ait un dressage et un entraînement adéquat. Le cavalier doit avoir une autonomie équestre suffisante et une bonne connaissance de son cheval et des règles de la compétition.

Une bonne préparation assure de meilleures performances et une garantie de longévité au cheval. Il n'existe pas un entraînement idéal, valable pour tous les chevaux et tous les cavaliers. Cet entraînement est fonction de l'expérience, du caractère et de l'âge du cheval, ainsi que du type d'épreuve que vous souhaitez courir. Un cheval au pré s'entretient musculairement beaucoup mieux (il parcourt 15 km en moyenne par jour), il n'est pas obligatoire de le travailler tous les jours.

Avant d'aborder l'entraînement, il faut que le cheval soit :

Au cours des épreuves, le pas n'est pratiquement pas utilisé en dehors des passages difficiles ou très pentus. C'est, par contre, une allure importante à l'entraînement.Pour le jeune cheval, c'est au pas que l'on façonne sa musculature en épargnant les membres, c'est au pas qu'on lui apprend à être calme, décontracté, persévérant. Au pas, on utilisera au maximum les dénivelés, en laissant le cheval étendre son encolure.

A chaque séance de travail, on utilise le pas pour : échauffer le cheval (10 minutes avant le travail) et 10 à 15 minutes à la fin du travail pour permettre le retour au calme.

On appelle " trotting " les temps de trot, plus ou moins longs, ayant pour but de faire travailler les muscles, le coeur et la respiration du cheval. Le trotting est une étape importante de la préparation du cheval appelée "mise en condition".

Ne jamais forcer ou précipiter l'allure au trot, rester dans la cadence du cheval. La durée du trotting, qui est essentiellement fonction du degré de préparation du cheval, va s'allonger progressivement. Un cheval bien entraîné doit, au bout de quelques mois, pouvoir trotter sans peine 40 à 60 minutes (entre 12 et 15 km/h). Le cavalier pensera à changer régulièrement de diagonal au trot enlevé afin de faire travailler symétriquement la musculature de son cheval. Il trotte enlevé avec une très faible amplitude du buste ou reste en équilibre, afin de préserver le dos du cheval.

Un petit galop équilibré est préférable à un grand trot (à vitesse égale). Des temps de galop s'avèrent très utiles pour laisser respirer le cheval, faire travailler sa musculature différemment, rattraper une moyenne, et aussi pour le moral du cheval et du cavalier. Le travail au galop ne doit s'effectuer que sur de bons terrains.

La difficulté principale en endurance est de préserver les membres.

Il faut distinguer :

Dans le travail au petit galop, il faut veiller à avoir un cheval léger, qui reste en équilibre et accepte une allure régulière. Pour lui garder le moral, surtout ne jamais l'épuiser. Le cavalier peut galoper assis, ou en équilibre (dans ce cas le plus redressé possible afin de ne pas surcharger l'avant main du cheval). Même pour un cheval expérimenté, ne pas effectuer plus d'une séance de galop par semaine. Pensez à faire galoper sur le pied gauche autant que sur le pied droit.

Le travail de dressage intervient également dans l'entraînement du cheval d'endurance, tous les exercices à l'extérieur ou en manège :

N'hésitez pas à prendre des conseils auprès de professionnels. Ne demandez pas des exercices que vous n'êtes pas sûr de pouvoir réaliser correctement, cela irait à l'inverse du but recherché.

La randonnée est une excellente école pour le cheval d'endurance. Il y apprend le calme et la persévérance. Un cheval habitué aux grandes randonnées est suffisamment préparé pour aborder les premières épreuves d'endurance.

Les temps de repos font partie intégrante de l'entraînement et doivent être respectés (si le cheval est au box il doit impérativement sortir tous les jours, même pendant les repos).

Il est nuisible de multiplier à l'infini les engagements pendant la saison.

Ce résumé de l'entraînement du cheval d'endurance n'est donné qu'à titre indicatif, cependant, on voit encore trop de chevaux insuffisamment entraînés partir en compétition. Pensez à leur bien-être et ne sortez en compétition que lorsqu'on vous et votre monture êtes prêts...

Site de CEER : http://www.ceercorse.com/

retour haut de page

Identification des équidés

par Laetitia Taillade

Rappelons-le une fois encore, l'identification des équidés est obligatoire. Cela consiste en:

Cette procédure est effectuée par un vétérinaire agréé ou un agent des Haras Nationaux.

Pour les équidés identifiés avant 2004, l'identitfication doit être complétée par la pose d'une puce.

Le contrevenant s'expose à une amende de 3e classe, pouvant aller jusqu'à 450 €.

Plus qu'une obligation légale, l'identification est gage de reconnaissance et de sécurité, permettant à l'équidé d'être reconnu en toute occasion. La protection contre le vol est ainsi renforcée, il est plus aisé de reconnaître un cheval égaré, la fraude en compétition est limitée...

Il n'y a pas que sur les concours que l'on peut être amené à présenter les papiers de son cheval : lors d'un transport, quelle que soit la distance, il faut être en possession du carnet SIRE ou du document d'accompagnement (pour les équidés "d'origines non constatées"). La nouvelle organisation de l'équarrissage, consistant à cotiser auprès de l'ATM Equidés ANGEE et permettant de bénéficier de tarifs mutualisés, ne concerne que les chevaux identifiés, pucés et enregistrés au SIRE.

Affiche Haras nationaux

Le Conseil du Cheval organise une campagne d'identification et de puçage des équidés à tarif préférentiel :

Les équidés devront être regroupés.

En Balagne, Equitable-Corse se propose d'organiser un regroupement d'équidés pour procéder aux identifications. Les personnes intéressées sont priées de se faire connaître au plus tôt auprès du secrétariat de l'association (04 95 65 37 36 ou par mail).

Pour en savoir plus sur l'identification des équidés, vous pouvez consulter le dossier édité par les Haras Nationaux :http://www.equitable-corse.com/identification.pdf

retour haut de page

La photo du mois

Chute

retour haut de page

Dans la Presse

diffusé par RTLinfo.be le 14 septembre 2009, transmis par le Conseil du Cheval en Corse

Il vole 5 chevaux à Sprimont pour séduire une riche Ecossaise

Le vol a eu lieu dans un manège de Sprimont, le 27 décembre 2008. Cinq jeunes chevaux d'une valeur estimée à 200.000 euros chacun et destinés à briller dans les jumpings internationaux ont alors disparu. "Des chevaux tels que ceux-là, c'est tout un travail et un investissement. Au niveau émotionnel, c'est très dur aussi. Passer 4 années de sa vie à travailler avec un cheval pour finalement aboutir à rien du tout", a déploré Joëlle Triplot, propriétaire des chevaux volés.

En mars dernier, Joëlle s'est rendue en Ecosse. Ses chevaux y auraient été aperçus chez une championne d'équitation, Laura Newman. Une cavalière qui était venue plusieurs fois à Sprimont. "La dernière fois qu'elle était venue chez nous, elle était accompagnée d'une femme plus âgée et avait filmé les chevaux. Elle avait demandé s'ils étaient à vendre", a ajouté Joëlle Triplot.

En Ecosse, madame Triplot reconnaît plusieurs de ses chevaux. Elle dépense beaucoup d'argent pour s'assurer les services d'un avocat anglais. Après plusieurs mois, l'enquête finit par bouger en Belgique. Les recherches mènent à Guy Jacobs, un marchand de chevaux qui aurait volé les animaux pour s'attirer les faveurs de la jeune cavalière écossaise... Il a été placé sous mandat d'arrêt.

retour haut de page
version imprimable