n°31 - mars 2012

tous les numéros d'é-kilibre fleche lien

Editorial | Une championne aux côtés d'Equitable | Partenariat Corse-Togo | La phrase du mois | L'action de la jambe | Calendrier FAE Equiloisirs | La manifestation en faveur des animaux | La photo du mois | Endurance | Précisions | Retraite | Dans la presse

Editorial

par Laetitia Taillade

Internet, le revers de la médaille

Internet est un outil formidable pour faire circuler l'information, nous l'utilisons au quotidien au profit de l'association, notamment pour placer des équidés.

Mais cet outil extraordinaire, ne nécessitant aucune connaissance particulière, est également à la disposition de personnes mal intentionnées. Rumeurs et fausses informations circulent en grand nombre. Tous les jours, nos boites de réception sont polluées par des publicités, ces fameux "spams", des pièges pour récupérer nos codes bancaires ou des alertes à partager avec tout son carnet d'adresse.

La plupart de ces messages non désirés sont sans risque, d'autres sont de véritables escroqueries et la plupart sont diffusés uniquement dans le but de saturer les réseaux : les hoax. Pas plus tard qu'hier, j'ai reçu un message demandant de faire circuler une alerte sur un numéro à ne pas appeler sous peine d'être facturé 315 € la minute… Vérification faite, si ce numéro a été dangereux un jour, c'était en 2005. 7 ans après, l'information est encore relayée par des personnes de bonne volonté, qui veulent épargner à tous leurs amis des dépenses inutiles.

Ces "canulars informatiques", très rarement basés sur la réalité, font mouche car ils font appel aux inquiétudes légitimes des gens face à une technologie qu'ils ne maîtrisent pas ou à leur bon coeur, comme dans le cas des appels aux dons d'organes pour sauver un pauvre enfant atteint d'une maladie orpheline.

En février dernier, un centre équestre dans le Loiret, a été victime de ces fausses rumeurs. Des appels ont été lancés sur un ou deux forums spécialisés dans la protection animale, et, bien évidemment, relayés sur tous les autres forums, sans vérification : le club devait fermer et 40 chevaux étaient proposés à l'adoption. Les lignes téléphoniques des centres équestres du coin ont toutes été prises d'assaut… Même Equitable-Corse a été sollicité pour aider à sauver ces chevaux !

article hoax

Face à ces fausses rumeurs, prenons le temps de réfléchir et de vérifier. Il y a peu de chances que 40 chevaux de club, en état de travailler, soient donnés… Un site internet s'est spécialisé dans la traque aux fausses rumeurs. Avant de transférer un message à tout votre carnet d'adresse, vérifiez sa véracité sur www.hoaxbuster.com/. La plus populaire des fausses informations qui circule en ce moment et qui devrait circuler longtemps annonce une la création d'une taxe sur les emails…

retour haut de page

Concours de dressage : une championne aux côtés d'Equitable-Corse

par Laetitia Taillade

Pour son concours de dressage des 10 et 11 mars, au CH Omessa, Equitable aura le grand plaisir et l'honneur d'accueillir la cavalière de dressage Jessica Michel.

Agée de 30 ans à peine, Jessica Michel s'est illustrée de nombreuses fois au plan national : sacrée championne de France de dressage à poney à Lamotte en 1999, elle n'a fait que confirmer, depuis, son talent. En 2011, elle a notamment remporté la médaille d'or du Championnat de France des 7 ans, du Championnat de France Petit Tour, du Critérium Espoir Grand Tour, du Championnat de France Cycles Classiques 5 ans et du Championnat de France Cycles Classiques 4 ans.

Au niveau international, elle a commencé en beauté l'année 2012 : au CDI*** de Vejer de la Frontera (Espagne), Jessica Michel et Riwera de Hus ont enregistré un score de 72.383% dans le Grand Prix et 76.625% dans le Grand Prix Libre en musique avec deux 2èmes places.

Ces excellentes prestations devraient lui permettre une qualification pour les prochains Jeux Olympiques de Londres.

jessica michel

La responsable de l’écurie de dressage au Haras de Hus et instructrice (elle a obtenu son BEES 2 en 2004 en étant major de sa promotion) a très volontiers répondu favorablement à l’invitation de l'association pour soutenir son action en faveur de équidés et contribuer à promouvoir le dressage en Corse. C'est la première fois qu'elle accepte ce genre d'invitation.

jessica michelà la une de l'épreon
Jessica Michel est en couverture du dernier numéro de l'Eperon

Pendant toute la durée du concours, elle sera à la disposition des cavaliers pour encadrer les détentes (20€).

Le programme du concours :

samedi 10 mars, à partir de 10h30
Club 3 Préliminaire
Club 2 Préliminaire
Club 1 Préliminaire
Amateur 3 Imposée B Préparatoire, idem Club 1 GP, ouverte aux Club et Pro
Amateur 3 Imposée C Préparatoire, idem Club 1 GP, ouverte aux Club et Pro
Amateur 2 Imposée A
Amateur 1 Grand Prix (en démonstration)
dimanche 11 mars, à partir de 9h
Amateur Elite Imposée A (en démonstration)
Club 3 Grand Prix
Club 2 Grand Prix
Club 3 Libre
Club 2 Libre
Amateur 3 Imposée A Préparatoire, idem Club Elite Imposée, ouverte aux Club et Pro
Amateur 3 Préliminaire Préparatoire, idem Club Elite Imposée, ouverte aux Club et Pro
Amateur 2 Imposée C
Amateur 2 Préliminaire
Amateur 2 Libre

Des boxes seront disponibles à la location, directement auprès du CH Omessa, à réserver au 06 16 92 80 61 au plus tard le 1er mars 2012. Tarif : 70 € pour le week-end.

Un photographe sera présent pendant toute la durée du concours mais il n'aura pas la possibilité d'imprimer les photos : prévoyez une clé USB pour récupérer les images de vos reprises.

Concours CLUB n° 1266908
Concours AMATEUR n° 201220019
Clôture des engagements le 5 mars à minuit
Toutes les infos sur notre site http://dressage.equitable-corse.com

retour haut de page

Partenariat Corse-Togo

par Paule Schlemaire, responsable de l’asinerie Alta Rocc’ânes

Lors d’un voyage en Afrique en janvier 2012, j'ai rencontré Jean-Bosco Akanto, fondateur de l’ONG ASEDA au Togo.

De cette rencontre est née une grande amitié et un partenariat entre les deux structures. L’ONG ASEDA est un petit centre laïc, de formation, de production, de recherche et de développement en entreprenariat agricole. L’ONG se trouve à Kantè (chef-lieu de la préfecture de la Kéran) et plus précisément à Atekante, au Togo (Afrique).

Ce centre a été fondé en 2006 et regroupe en son sein des élèves d’écoles primaires, des collégiens, des lycéens et des étudiants. Ils sont souvent des orphelins, ou bien enfants naturels ou encore des enfants laissés-pour-compte, que l’ONG accueille, aide et forme tout au long de l’année.

Paule et Jean-Bosco avec les ânes

ASEDA mène de nombreuses activités comme la production maraîchère, la création et l’entretien d’une pépinière en vue de reboisements, la sensibilisation à l’environnement, l’élevage de poules pour la production d’œufs, ainsi que des formations nombreuses et variées pour l’amélioration de la vie des gens et la protection de la nature.

L’ONG doit son dynamisme à Jean-Bosco, personnage ambitieux et altruiste qui offre tout son temps et son énergie à la réalisation de projets pour le développement de sa région. Malgré un manque de moyens certain, ASEDA grandit et commence à essaimer des graines d’espoir auprès des populations, à partir de son jardin.

Il est bien connu que l’union fait la force et c’est souvent en associant nos énergies et nos compétences que l’on avance. C’est pourquoi, avec Jean-Bosco, nous avons décidé assez naturellement de devenir partenaires afin de nous entraider et nous soutenir dans nos actions.

Le partenariat entre les deux structures consiste donc en un échange d’idées et de techniques agricoles bio, un échange et une commercialisation des produits réalisés par les deux structures (beurre de karité, farine de châtaignes, fruits secs etc.), un soutien au développement de l'ONG avec la collecte et l'envoi de divers matériels (livres, matériels scolaires, vêtements, etc.).

En janvier 2012, le premier volet de cette entraide a été la participation à l’achat, avec l’association La Maraude (Ariège), d’un couple d’ânes et d’une charrette afin de faciliter le travail des jeunes agriculteurs dans leurs tâches quotidiennes. J'ai ensuite dispensé une petite formation aux jeunes âniers qui s’appliquent aujourd’hui à optimiser l’utilisation et le bien-être des animaux, en améliorant le matériel. Dans l’avenir, ASEDA devrait acquérir divers matériels agricoles qui permettront de travailler la terre de manière écologique et douce.

Pour en savoir plus sur ASEDA : http://aseda-kante.blogspot.com
Alta Rocc'ânes

retour haut de page

La phrase du mois

par Pat Parelli, éducateur éthologique

"On ne peut prétendre maîtriser un cheval tant qu'on ne se maîtrise pas soi-même."

retour haut de page

L'action de la jambe

par Damien Chaulet, A Staffa

Le fondamental de l’équitation académique est la mise en avant.

Soyez cartésien !

L’action la plus légère sera la plus juste.

Pour apprendre à votre cheval à répondre à la moindre pression, vous devez mettre un contact de vos deux talons sur le ventre de votre cheval le plus léger possible. Cette pression sera la référence inéluctable de toute demande de mouvement en avant.

Dans tout apprentissage, avant d’obtenir la réponse parfaite, vous devez valoriser la bonne réponse, répéter la demande, jusqu’à ce que vous obteniez une progression.

La première demande doit être suivie d’un arrêt de l’action immédiat si votre cheval se porte en avant. Si votre cheval ne répond pas à votre demande de façon satisfaisante augmentez la, soit par des coups de talon progressifs, soit par l’utilisation d’un stick de dressage sur la cuisse de votre monture. Cette dernière option doit être réalisée sans agressivité, sans force et sans action sur la bouche.

Attention, ne faites jamais l’erreur d’augmenter la pression de vos jambes sur l’abdomen de votre cheval, cela n’entraînera qu’un cheval qui se défendra soit en ralentissant, soit en se défendant, soit en s’appuyant sur votre pression.

Pensez à valoriser chaque fois que vous avez une réponse satisfaisante, même très légère, cela permettra à votre cheval de comprendre ce que vous attendez de lui, puis demandez et permettez lui de vous donner plus et mieux.

Une courte séance de travail (20 min) bien réalisée, dans le calme vaut mieux qu’une séance trop longue qui risque de créer une confusion dans vos actions et la compréhension de votre cheval. Faites des demandes claires et simples !

A cheval et bonne séance !

A Staffa : http://www.astaffa.fr/

retour haut de page

Calendrier FAE Equiloisirs

 

Formation continue

La formation continue des enseignants et animateurs est réservée aux exploitants agricoles et leurs salariés. Le programme du mois de mars :

Pour télécharger le formulaire d'inscription, cliquer ici.

Stage équitation de travail

Stage d’entraînement et de découverte pour cavaliers et enseignants, les jeudi 15 et vendredi 16 mars. Cliquer sur l'image pour agrandir l'affiche.

affiche

retour haut de page

La manifestation en faveur des animaux

par Agnès Perfettini

Malgré le froid, nous avons été un certain nombre à nous déplacer et à donner de la voix tout au long de notre marche; de la Place Foch au Palais de Justice. Les slogans ont claqué attirant l'attention des passants et des automobilistes qui ça et là accompagnaient nos voix de leur klaxon !

Environ 60-70 personnes étaient présentes, je n'ai pu rencontrer personne d'Equitable-Corse, ayant été la seule à porter votre sweat sur mes épaules... Il serait souhaitable suite à cette action et aux divers articles parus dans Corse-Matin que nous nous mobilisions beaucoup plus !!! Les chiens et les chats ne sont malheureusement pas les seules victimes de la barbarie et de la sauvagerie dont est capable l'être humain, tous les équins sont également concernés. IL FAUT AGIR !!! Il faut renouveler ces actions. Notre marche a été respectée et encadrée par une voiture de police au début et en fin de marche et s'est déroulée dans de bonnes conditions. Le petit groupe que nous étions était motivé et remonté à bloc !

l'appel

La représentante des "Croquettes du coeur" nous a laissé entendre qu'une nouvelle action serait menée au printemps, les gens seront peut-être moins frigorifiés et plus enclin à marcher ?

"Justice pour les animaux", voilà le slogan que nous avons répété sans extinction de voix !

Je suis fière d'avoir participé à cette marche et j'espère qu'après les 2500 signatures récoltées, la cause de nos amis les animaux sera enfin entendue par les officiels et que des décisions seront prises contre les bourreaux qui sévissent encore et encore.

Le texte lu pendant la manifestation : cliquer ici

.
retour haut de page

La photo du mois

 

photo du mois

retour haut de page

Endurance

par Jean Bottati

Finalement l'ouverture de l'endurance équestre a bien eu lieu, le dimanche 19 au lieu du 12 février (reportée pour cause de météo défavorable).

C'est sous un beau soleil et une météo propice pour ce genre de compétition que se sont déroulées toutes les épreuves, dans une ambiance détendue et sereine, sous l'oeil avisé des juges  : Manu, Daniel et la toute dernière Maria-Anna Giorgia en Club.

Zappa'Horse Endurance, l'association organisatrice tient à remercier tout particulièrement tous les bénévoles qui ont oeuvré pendant les semaines qui ont précédé la course, malgré un froid glacial. Elle remercie également le service médical, médecin, ambulanciers, vétérinaires et maréchal-ferrant pour leur ponctualité, assiduité et professionnalisme . Zappa'Horse Endurance salue la présence des élus de Lecci et de Ste Lucie de Porto-vecchio-Zonza, ainsi que de nombreux conseillers municipaux pour la remise des prix.

A noter : prochain rendez-vous le 4 mars, pour la seconde manche du "Challenge Départemental Grand Sud", à la Ferme Equestre le Ranch à Sagone . Bon galop à tous.

endurance Zappa

endurance Zappa

retour haut de page

Précisions

par Laetitia Taillade

Dans le dernier numéro, nous avons présenté Valérie Gherardini, monitrice indépendante. Nous précisons aujourd'hui qu'elle est spécialisée dans l'enseignement du dressage et non dans le Western.

Lorsque des cavaliers pratiquant cette discipline s'adressent à elle, ce n'est pas pour acquérir la technique de l'équitation western ou de l'équitation de travail : ce n'est pas son domaine et des centres spécialisés font cela très bien. Ces personnes sont plutôt demandeuses d'un travail sur le plat, qui servira dans toutes les disciplines, saut d'obstacles, endurance ou western...

retour haut de page

Retraite

par Laetitia Taillade

A Guimerville en Seine-Maritime, une maison de retraite associative a choisi d'autoriser et encourager la venue des pensionnaires avec leur animal de compagnie. Cette présence d'animaux de compagnie fait partie d'une démarche globale et novatrice pour le bien-être des personnes âgées.

La maison accueille donc des chiens, des chats ou des oiseaux et compte aussi, parmi ses pensionnaires, un âne du nom de Prince, qui a suivi son maître pour une fin de vie paisible.

l'âne Prince

Source : France 3 Haute Normandie

retour haut de page

Dans la presse

publié par www.leprogres.fr/, le 18 février 2012.

Froid : de nombreux signalements pour des maltraitances d’animaux (Haute-Loire)

Protection. Les associations de défense des animaux et les services vétérinaires multiplient les contrôles et les actions contre la maltraitance liée aux températures glaciales de ces dernières semaines. Beaucoup de situations difficiles sont signalées, et quelques bêtes ont même trouvé la mort.

poney mort dans la neige

« Au moins un appel par jour est lié au froid et aux mauvaises conditions de détention : collier qui entre dans la chair, pas d’accès à la niche, des animaux amaigris… » L’ACAMA (Association contre l’abandon et la maltraitance animale) est « assaillie de coups de fils », notamment depuis la chute des températures. La SPA (Société protectrice des animaux) reçoit, elle aussi, de nombreux signalements. Un phénomène qui s’accentue depuis l’annonce de la mort de 24 bovins à Solignac-sur-Loire, congelés par le froid. Les défenseurs de la cause animale sont d’ailleurs rassurés par la hausse du nombre de signalements, qui permet une action plus efficace.

En matière de maltraitance animale, tout part souvent de ces dénonciations. « Les gens nous appellent, et nous voyons ce que nous pouvons faire. Souvent, on va constater sur place, faire des photos, pour voir s’il y a vraiment maltraitance, surtout au regard de la loi. Car il y a parfois un décalage entre ce que l’on ressent et la législation. Nous n’avons pas de pouvoir de police. Mais nous alertons la direction des services vétérinaires, la ligue de protection du cheval, la mairie, la police ou la gendarmerie », explique Dominique Chaudy, président de la SPA. C’est donc un véritable réseau qui travaille sur chacun des cas. Une fois la maltraitance constatée, les associations prennent d’abord contact avec les propriétaires pour régler le problème en évitant le dépôt de plainte. Souvent, cela peut se régler en direct, mais parfois, il faut passer par le système judiciaire. La maltraitance peut coûter jusqu’à 4 500 euros d’amende devant un tribunal de police.

Mais il est parfois trop tard lorsque les spécialistes sont alertés. « Une petite ponette est décédée dans la nuit de vendredi à samedi. Les chevaux étaient dans un pré, sans abri et sans foin visible. On a retiré les trois autres animaux avec l’accord de la propriétaire. Cette petite ponette était âgée, et elle avait un petit de 10 mois qui tétait encore. Elle est morte d’épuisement à cause du froid et du manque de nourriture », raconte Jacqueline Mathieu, représentante départementale de la ligue pour la protection du cheval. Les associations ont donc décidé de multiplier les contrôles.

Mais avant d’arriver à des situations dramatiques ou des sanctions, ces bénévoles veulent d’abord faire de la prévention. « Il faut que les gens se responsabilisent. Quand on veut un cheval, il faut de l’espace et des moyens financiers », lance Jacqueline Mathieu. Mais c’est aussi vrai pour de plus petits animaux. « Les gens prennent des animaux sans se rendre compte des contraintes, et notamment des frais de vétérinaire ou de nourriture. Il est inadmissible que des animaux meurent de faim à cause de l’irresponsabilité des propriétaires », lance une représentante de l’ACAMA.

Sophie Albanes

retour haut de page
version imprimable