n°38 - octobre 2012

tous les numéros d'é-kilibre fleche lien

Editorial | Endurance Calenzana-Calvi | Attelage : quel spectacle ! | La phrase du mois | La foire de Vallecalle | Insolite
La photo du mois | Expression | Décoder les couleurs | Télévision | Dans la presse

Editorial

par Laetitia Taillade

Discipline reine

Début octobre, s'est tenue la traditionnelle réunion organisée par le Comité Régional d'Equitation afin que les organisateurs de concours se concertent pour mettre en place un calendrier des compétitions cohérent. La matinée était consacrée aux concours d'endurance, d'équitation de travail et de Trec, l'après-midi à ceux de saut d'obstacle, de dressage et de pony games, partant du principe (établi par qui ?) que les deux groupes de disciplines s'adressent à un public bien différent.

Equitable-Corse a donc reconduit, dès le matin, sa date pour le concours d'endurance 2013, à savoir le 29 septembre. L'après-midi, nous participions toujours à la réunion, pour choisir une date pour un concours de dressage qui se tiendra les 20 et 21 avril. Notons au passage que les dates de concours de saut d'obstacles amateur et pro sont déterminées en premier, le dressage vient ensuite s'intercaler et les quelques weeks-ends restant libres peuvent être choisis pour le CSO Club et les pony games.

Certes, des règles doivent être établies pour éviter l'anarchie. Mais lorsqu'un concours de dressage, tel que le nôtre en 2012, compte plus de 100 engagés, on est en droit d'espérer faire jeu égal avec le CSO. Ne nous plaignons pas, nous avons retenu une date qui nous convient.

En revanche, la déception vient du fait que le championnat de saut d'obstacles club a été programmé le même jour que celui de notre concours d'endurance, ce qui n'a eu l'air de ne gêner que nous. La réponse à nos récriminations a été : "il n'y a pas d'autre solution, il y a trop de CSO".

Pourquoi un CSO handicaperait une endurance ? Parce que, en Balagne comme ailleurs, le nombre de concurrents a globalement baissé et que beaucoup d'organisateurs doivent la réussite de leur concours à la participation des clubs voisins, dans l'épreuve 20km pour laquelle les chevaux travaillant régulièrement peuvent être engagés sans entraînement particulier. Ces cavaliers de clubs ne courent pas après des qualifications, ils se font simplement plaisir en participant à une ou deux épreuves à côté de chez eux. Mais à choisir entre une endurance et un championnat de saut d'obstacles, ils choisiront, et c'est logique, le CSO qui leur permet d'évaluer la technique qu'ils travaillent tout au long de l'année.

Le CSO reste donc la discipline reine en compétition. Je souhaite simplement rappeler aux organisateurs de concours qu'Equitable-Corse organise des compétitions pour récolter des fonds qui servent à sauver des équidés, équidés qui, parfois, ont fait les beaux jours de leurs concours avant de tomber entre de mauvaises mains.

retour haut de page

Endurance Calenzana-Calvi

par Laetitia Taillade

L'édition 2012 est dernière nous, un grand merci à tous :

sous le déluge

Le challenge de Balagne

La fin de journée ayant été très perturbée par une très forte pluie, le calcul des résultats de Challenge de Balagne, qui récompense le meilleur cavalier en catégorie Club et en catégorie Amateur ayant participé au concours organisé par Ferme Equestre d'Arbo-Valley et à celui d'Equitable-Corse, a été reporté à plus tard.

Le classement est le suivant :

Catégorie Club :
1ère - Caroline LINGER (97 points)
2ème - Mathéa PIAZZOLI (77 points)
3ème - Nathalie MONTI (59 points)
Catégorie Amateur :
1ère - Andréa PULICANI (107 points)
2ème - Pierre-Jérôme MEDORI (102 points)
3ème - Adrien BENEDETTI (100 points)

Daniel Guglielmacci remettra leur trophée à Caroline Linger et Andréa Pulicani très bientôt.

Les photos

Nous vous invitons à visiter le site du photographe Jean-Marie Colonna : http://www.phot-balagne.com/.

retour haut de page

Attelage : quel spectacle !

par Laetitia Taillade

La 2ème édition de la randonnée en attelage a fait étape, en septembre, à la Ferme Equestre d'Arbo-Valley, pour faire découvrir au public cette discipline encore peu développée en Corse.

La surprise était au rendez-vous quand les meneurs ont fait la démonstration de leur maîtrise technique tout au long de la journée.

Tout d'abord avec une démonstration de débardage : les jeunes Gaël et Grégoire Thouret ne se sont pas contentés de tracter de longs troncs avec leurs chevaux de trait Comtois, ils ont improvisé un carrousel au cours duquel les chevaux (et leurs troncs) se croisaient avec une précision incroyable.

débardage

La démonstration s'est achevée par une déclinaison du ski joëring très particulière :

traction animale

Tous les attelages ont ensuite participé à un concours amical de maniabilité : passages de portes, virages très serrés, technique de glisse, le tout au grand galop, évidemment ! Et quand on dit à Jean-Claude qu'il ne passe pas entre deux arbres avec ses quatre Frisons, il devrait écouter…

les Frisons

Les équipages ont fait un peu de tourisme le lendemain en défilant dans les rues de Calvi, prenant d'assaut de la citadelle, sous les applaudissements des passants.

entrée de la citadelle
Photo Denis Derond

devant la cathédrale
Photo Denis Derond

Un journaliste d'attelages Magazine a suivi la randonnée à laquelle il consacre 12 pages dans le numéro d'octobre

attelages magazine

retour haut de page

La phrase du mois

par Jacques Ferron, écrivain québécois (1921-1985)

"L'équitation est la plus noble expression d'une union charnelle. "

retour haut de page

La foire de Vallecalle

par Christelle Pantani

La foire de Vallecalle, le week-end du 25 et 26 août, s'est déroulée sous un soleil magnifique et une ambiance très agréable. De nombreuses personnes sont venues à la rencontre d'artisans, d'agriculteurs, de cavaliers, d'animaux de la ferme. Divers stands et activités ont été proposés pour découvrir les traditions en Corse.

Les concours de maniabilité, barrel race, pole bending et tri du bétail ont réuni des jeunes cavaliers comme des cavaliers plus expérimentés.

Une ambiance très chaleureuse régnait à la buvette, avec en plus une soirée chants corses le samedi soir. Un week-end de rencontres et d'échanges réussi.

foire de Vallecalle

foire de Vallecalle

retour haut de page

Insolite

par Sandra Mazzoni

Un étrier pour abri !

Quelle surprise inattendue au mois de juillet !

Mes selles de rando sont habituellement posées sur les bas flancs du van dont les fenêtres arrière sont ouvertes… En l’espace de 20 jours d’inactivité équestre, ce cher petit oiseau a estimé que la coque de l’étrier présentait des qualités indéniables pour y installer sa nichée…

La double protection du van et de l’étrier ont du permettre une couvée sereine à l’abri des aléas météo et de regards aiguisés. La coquille d’œuf retrouvée sur le plancher suggère une éclosion ainsi qu’une envolée de la progéniture.

Bon vol…

Conclusion : Voici une idée de reconversion de vos étriers usagés…  

un nid dans un étrier

retour haut de page

La photo du mois

 

photo du mois

retour haut de page

Expression

par Carine Poletti

Quand les chevaux se mettent à tirer de toute leur force à l'attache, ils prennent appui sur les antérieurs dans une position qui rappelle celle d'un chien de chasse cherchant à tirer un renard hors de son terrier, d'où l'expression : "tirer au renard" !

retour haut de page

Décoder les couleurs

par Carine Poletti

Lors des rassemblements équestres, il est fréquent de voir un équidé avec un ruban accroché à la queue. Il ne s'agit pas d'une décoration mais d'une indication, utile à tous, qui, en général, invite à la prudence.

ruban rouge

Un cheval peut arborer deux rubans. A l'endurance de Calvi, on pouvait croiser un cheval avec un morceau de rubalise rouge et blanc noué à la queue, c'était un entier qui avait tendance à botter.

Sur le même principe, des codes couleurs peuvent être placés sur les portes des boxes : bleu pour un cheval qui mord, noir pour un cheval fragile auquel il ne faut rien donner à manger et violet pour un cheval malade au repos.

retour haut de page

Télévision

 

La chaîne régionale France 3 Corse Via Stella s'est intéressée à la cause animale et est venue à la rencontre d'Equitable-Corse pour tourner un reportage, diffusé, le 4 octobre dernier, dans l'émission Prima Inseme. Carine Poletti et Laetitia Taillade étaient, en direct, sur le plateau.

Vous pouvez voir ou revoir l'émission sur notre site Internet : www.equitable-corse.com/presse.php.

sur le plateau de Prima Inseme

retour haut de page

Dans la presse

publié par ladepeche.fr, le 21 septembre 2012.

A-t-on le droit de circuler ivre... à cheval ?

L'histoire :
Danny Reynolds, un Américain de 55 ans, a été arrêté par la police alors qu'il circulait à cheval en état d'ébriété. Il venait de s'arrêter chez des amis "pour boire quelques bières". Son taux d'alcoolémie était deux fois supérieur au seuil légal.
Les policiers ont estimé qu'il représentait un danger pour lui et pour les automobilistes qu'il pouvait croiser sur la route. Dans le Kentucky, la législation interdit de conduire un véhicule (motorisé ou non) en état d'ébriété. Et cela inclut notamment les vélos, les tracteurs ou les chevaux.

En France, que dit la loi ?
Le code de la route interdit de "conduire un véhicule" sous l'emprise de l'alcool. "Même en l'absence de tout signe d'ivresse manifeste, le fait de conduire un véhicule sous l'emprise d'un état alcoolique (taux d'alcool égal ou supérieur à 0,5 gramme par litre de sang) est puni de deux ans d'emprisonnement et de 4 500 euros d'amende", selon le code de la route.

Un cavalier est un conducteur…
Le terme de "conducteur" est défini dans la Convention de Vienne de 1968 sur la circulation (ratifiée par la France en 1971), explique le capitaine Georges Salaün, à la tête de l'escadron départemental de sécurité routière de l'Orne.
Il désigne "toute personne qui assume la direction d'un véhicule, automobile ou autre (cycle compris), ou qui, sur une route, guide des bestiaux, isolés ou en troupeaux, ou des animaux de trait, de charge ou de selle."
"En partant de ce principe, on peut tout à fait contrôler l'alcoolémie d'un cavalier qui circule sur la voie publique, et le verbaliser ou immobiliser son cheval, comme on le ferait pour une voiture ou un vélo, si le cavalier est ivre", explique le capitaine Georges Salaün, tout en précisant ne jamais avoir été confronté à une telle situation.

… mais un cheval n'est pas un véhicule
Le droit français ne définit pas clairement la notion de véhicule.
La jurisprudence considère traditionnellement les "moyens de locomotion à traction animale" comme étant des véhicules (les charrettes, par exemple).
La question du seul animal, comme le cheval (monté ou chargé), a plus rarement été posée. Dans un arrêt du 16 octobre 1987 (de Viguerie), le Conseil d'État a dénié la qualification de véhicule au cheval monté.
Pour Me Le Dall, avocat spécialiste du droit automobile, "considérer le cheval comme un véhicule n'a pas de sens". Il précise que les tracteurs ou tondeuses à gazon, peuvent, en revanche, être assimilés à des véhicules.

Au final, ce sera à un juge de trancher
L'imprécision qui existe autour de la notion de véhicule laisse le soin aux juges de trancher s'ils sont face à un cas de ce genre.
Un cavalier en état d'ébriété ne peut toutefois pas circuler sans risques. Il peut être interpellé pour "ivresse manifeste" sur la voie publique, car celle-ci n'implique pas la présence d'un véhicule : "quiconque sera trouvé en état d'ivresse manifeste dans les rues, chemins, places, cafés, cabarets ou autres lieux publics sera puni d'une amende", selon le Code des débits de boissons et des mesures contre l'alcoolisme.

retour haut de page
version imprimable