n°45 - mai 2013

tous les numéros d'é-kilibre fleche lien

Editorial | Concours de dressage | Quel avenir pour l’élevage équin en Corse ? | La phrase du mois | TVA des filières équines
Le saviez-vous ? | La photo du mois | Actualités régionales | Frais des bénévoles | Dans la presse

Editorial

par Laetitia Taillade

Divagation, encore et toujours

article corse matin
Cliquer sur l'article pour l'agrandir

Encore une fois, la divagation animale a fait des victimes. Cette fois, ce ne sont pas des victimes humaines, tuées dans une collision avec une vache ou un cheval, mais des ânes et des bovins abattus parce que, pense-t-on, ils erraient librement, trop librement, n'hésitant pas à entrer dans des propriétés privées pour se nourrir…

Je tairai ce que je pense de la personne qui a commis ces actes.

Cette issue dramatique aurait pu être évitée. Lorsqu'un animal divague sur le territoire d'une commune, le maire est responsable. Il doit placer l'animal dans un lieu de dépôt et faire un affichage pour tenter de retrouver le propriétaire. Si l'animal est pucé, comme le veut la loi, le propriétaire peut être identifié rapidement. A l'issue d'un délai de 8 jours, si le propriétaire ne s'est pas manifesté, l'animal est considéré comme abandonné. Le maire peut alors choisir de l'euthanasier, de le vendre ou de le céder à titre gratuit à une association de protection animale.

Bien évidemment, rares sont les communes équipées d'une fourrière. Lassés par l'ampleur du phénomène, certains élus ont pris un arrêté municipal radical : l'animal errant peut être tué sans préavis.

Equitable-Corse est intervenue à diverses reprises dans des cas de divagation d'équidés car, si la mairie ne dispose pas de lieu de dépôt, elle peut désigner comme tel une famille d'accueil proposée par notre association et nous céder l'équidé à l'issue de la procédure, équidé que nous proposons ensuite à l'adoption.

Nous recevons de nombreuses demandes d'adoption pour des ânes. Ces pauvres bêtes du Giussani auraient pu avoir la vie sauve et faire le bonheur de plusieurs familles…

retour haut de page

Concours de dressage

par Laetitia Taillade

Malgré une météo peu clémente et un nombre d'engagés inférieur à nos espérances, le concours de dressage que nous avons organisé au CH Omessa a été, d'après les retours que nous avons, particulièrement apprécié par les participants et nos invités, les cavaliers internationaux de dressage Arnaud et Anne-Sophie Serre. Pendant les deux jours précédant la compétition, Arnaud Serre a dispensé des conseils aux compétiteurs insulaires au cours d'un stage qui a laissé, à beaucoup, un goût de revenez-y.

stage
le stage

L'heure est naturellement aux remerciements car la qualité d'une manifestation repose sur un ensemble de personnes. Merci donc à :

- Laurent Duborget et ses cavalières et cavalier pour leur accueil, leur disponibilité et leur aide sur le terrain,
- Arnaud et Anne-Sophie Serre pour leur présence alors que se déroulait au même moment un important concours international,
- Christine Rivère, la juge qui, elle aussi, a choisi Omessa plutôt que Vidauban et a su encourager les jeunes compétiteurs,
- Pascal Bouvrot, notre juge insulaire, pour son fidèle soutien à Equitable-Corse depuis sa création,
- Gilles et Stéphane Marcellesi, Music@nimA EvenT, qui offrent une sonorisation professionnelle à nos compétitions,
- Sébastien Lacoste qui a photographié les épreuves du dimanche pour les offrir aux concurrents,
- tous les bénévoles efficaces et souriants,
- les sponsors (Comité Régional d'Equitation Corse, E. Leclerc, Hôtel L'Escale côté port, Gedimat, Joël Poli, Endemys, Hôtel Funtana Marina, Station Vito Calvi, Boulangerie Galletti) et les partenaires financiers institutionnels (Collectivité Territoriale de Corse, Conseil Général de Haute-Corse),
- et tous les concurrents.

remise de prix
Arnaud Serre a remis son prix à une cavalière qui débute dans le dressage après avoir longtemps pratiqué l'endurance.
A l'arrière-plan, à gauche, Anne-Sophie Serre; à droite, Christine Rivière

épreuve
photo Sébastien Lacoste

Les photos de la manifestation sont visibles sur le site http://dressage.equitable-corse.com/.

retour haut de page

Quel avenir pour l’élevage équin en Corse ?

par Daniel Guglielmacci

Ces derniers mois, beaucoup de réunions, formelles et informelles, ont eu lieu pour essayer de restructurer et redynamiser la filière élevage en Corse, après la disparition des Haras Nationaux en France, remplacés par d’autres organismes nationaux se partageant les différentes compétences. En Corse, cela s’est traduit par la disparition de la présence officielle des Haras aux deux stations de monte de Casabianda et de Castelucciu.

Ainsi, le Conseil du Cheval en Corse (C.C.C.) tente de regrouper toutes les initiatives publiques et privées, toutes les forces vives, professionnelles et associatives de la filière, en encadrant et soutenant les projets concernant le maintien en fonctionnement des deux stations de monte de Casabianda et de Castelucciu. Cela est difficile, car il faudrait maintenir viables économiquement les deux stations, ou au moins l’une des deux. Les idées ne manquent pas, mais il faut trier parmi toutes celles qui peuvent être plus prometteuses en efficacité sur le terrain. Les différents projets sont en gestation, mais la saison de monte 2013 est déjà bien avancée : les deux belles structures techniques de Casabianda et de Castelucciu ne rencontrent pas le succès qu’elles pourraient mériter.

Pourquoi cette désaffection ? Les éleveurs disparaissent-ils de plus en plus de notre paysage insulaire ? Avons-nous déjà atteint un seuil critique ? Les éleveurs indépendants sont-ils vraiment intéressés par le maintien de structures régionales ou préfèrent-ils gérer eux-mêmes, de façon indépendante, leurs propres structures ? Combien d’étalons en Corse assurent une reproduction importante ? Combien de juments ont besoin de ces étalons ? Combien d’étalons de l’extérieur nous faut-il en apport ? Et après le succès tant attendu de la reconnaissance du « Cheval Corse », que peut apporter le « Cheval Corse » à une structure régionale ? Ne devrait-il pas y avoir là un avenir commun pour le bien de tous ?

Le Conseil du Cheval en Corse ne manque pas de communiquer : dernièrement il a fait une belle présentation médiatique des deux stations de monte de Casabianda et de Castelucciu. (Voir corse matin du 15 avril 2013, France 3 Corse, RCFM, et autres médias) et le 25 avril 2013 à Corte a eu lieu l’AG du Conseil du Cheval en Corse, avec de nouveau à l’ordre du jour, en autres, le cas des deux stations de monte de Casabianda et de Castelucciu.

Espérons que tous ceux qui sont attachés au maintien de Casabianda et de Castelucciu œuvreront ensemble pour trouver une solution concrète et fédératrice, préservant l’avenir d’une structure régionale de référence !

Liens :
Haras Nationaux
Conseil du Cheval en Corse

retour haut de page

La phrase du mois

par Ghandi, homme politique et philosophe indien (1869-1948)

"On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités"

retour haut de page

TVA des filières équines

article publié par l'Alliance pastorale en avril 2013, transmis par Isabelle Manasselian

article alliance pastorale
Cliquer sur l'article pour l'agrandir

Le détail par activité :

tableau activités  alliance pastorale
Cliquer sur l'article pour l'agrandir

On notera que pour la pension pour équidés à la retraite, la TVA est passée à 19,6%, contrairement à celle des équidés utilisés pour une activité.

retour haut de page

Le saviez-vous ?

information transmise par Arnaud Serre

Commune dans nos régions du Sud pour peu qu'il y ait un point d'eau, la canne de Provence, de son nom scientifique Arundo donax, est une plante dont raffolent nos équidés.

canne de provence

Si l'on pratique la compétition, il est bon de savoir que ce roseau contient de la bufoténine, alacaloïde inscrit sur la liste des substances interdites par la FEI pour leurs effets dopants.

Il est admis que 2 à 6% des cas de dopage seraient dus à l'absorption involontaire de SNAP, Substances Naturelles Alimentaires Prohibées*.

* Source : Attelages magazine

retour haut de page

La photo du mois

La photo du mois est une vidéo, mise en ligne par Equidia, transmise par Paule Schlemaire

Pluto, âne nain vivant dans les plaines de l'état de New-York (USA)

Pour la visionner, merci de lire é-kilibre sur notre site : http://www.equitable-corse.com/ekilibre45.html

retour haut de page

Actualités régionales

 

Equitation western et de travail

Le Comité Régional d’Equitation Corse organise dimanche 5 mai à Equiloisirs (Corte), une journée d’information et de sensibilisation, ouverte à tous, concernant la pratique de l’équitation western et de travail en compétition, avec des démonstrations proposées par l'Association Corse d’Equitation de Travail et Western.

Cliquer sur l'image pour télécharger le progamme :

programme western

Saut d'obstacles

Suite a un problème informatique, le programme du concours de CSO organisé par le CE Porticcio et publié sur le site FFE COMPET est incomplet.

Le concours se déroule sur trois jours, les 10 11 et 12 mai.

retour haut de page

Frais des bénévoles

article publié par www.loi1901.com, transmis par le Conseil du Cheval en Corse

Aux termes de la loi, seuls les frais dûment justifiés sont susceptibles d'ouvrir droit à la réduction d'impôt. Il est toutefois admis que les frais de véhicule automobile, vélomoteur, scooter ou moto, dont le contribuable est propriétaire, soient évalués forfaitairement en fonction d'un barème kilométrique spécifique aux bénévoles des associations.

Le remboursement de ces frais ne peut se faire que sur justification de la réalité, ainsi que du nombre et de l'importance des déplacements réalisés pour les besoins de l'association.

Le barème 2013 pour l'imposition des revenus 2012 :
- Véhicules automobiles : 0,304 euros/km
- Vélomoteurs, scooters, motos : 0,118 euros/km

L'utilisation du barème par les bénévoles pour calculer le montant remboursable ou déductible est limitée à une puissance maximale de 7 CV. En effet, le barème administratif ne comporte plus que 5 tranches, la tranche de 7 CV s'applique donc à tous les véhicules de 7 CV et plus.

retour haut de page

Dans la presse

article publié par lentreprise.lexpress.fr, le 19 avril 2013, transmis par le Conseil du Cheval en Corse.

Ekestrian : la plateforme de vente des chevaux

Cette toute jeune entreprise créée par Claire-Aline Quantin se positionne sur le marché équestre, en proposant d'accompagner les transactions de chevaux de sport.

Elle a décidé d'allier business et passion. Cavalière depuis plusieurs années, Claire-Aline Quantin, 26 ans, venait d'achever son master d'entrepreneuriat à HEC quand elle a eu l'idée de monter Ekestrian.com.

" J'ai pensé qu'on pouvait fluidifier et simplifier le marché du cheval de sport en mettant au point un site d'achat/vente", raconte la jeune fille.

Après avoir déposé les statuts en novembre 2011, elle s'est lancée dans une étude approfondie du financement du cheval de sport, un cheval pratiquant le saut et le cross. " Une étude qui a prouvé que je pouvais me lancer car le marché existe et a de solides potentialités ", précise la jeune entrepreneuse.

10% de marge à chaque vente

Le site a vu le jour le 1er avril 2013 et la jeune femme vient de finaliser une première vente. " Nous avons vendu le cheval du champion olympique Steve Gardat, commente-t-elle, un brin de fierté dans la voix. Nous vendons des chevaux de qualité et nous proposons un service clés en mains qui simplifie et clarifie les transactions habituellement réalisées par petites annonces. "

A l'image des courtiers qui effectuent déjà un travail d'intermédiaires, Ekestrian prélève une commission de 10% lors de chaque vente afin de se rémunérer. " Nous amenons un service de qualité en proposant aux acheteurs de préciser leur recherche et en leur soumettant une sélection de chevaux qu'ils pourront ensuite voir courir et essayer. Nous prenons également en charge la partie administrative qui n'est pas toujours systématique dans le milieu car de nombreux acteurs vendent ou achètent des chevaux sans le moindre contrat. "

Des acheteurs chinois ou de Dubaï

Claire-Aline s'inspire de l'Allemagne où le marché du cheval est mieux structuré. A l'image de son principal concurrent (installé d'Outre-Rhin), elle vise une vingtaine de ventes par mois. " Pour le moment, nous sommes sur une échelle de prix de 20 000 euros par cheval, mais nous comptons proposer aussi des chevaux à moins de 10 000 euros. Les vendeurs sont tous de nationalité française mais un tiers des acheteurs se trouve à l'international, en Chine et à Dubaï notamment. Pour se développer et mettre sur pied une offre plus complète, la jeune femme compte lever des fonds dans les prochains mois.

Lien : http://www.ekestrian.com/
A noter : le site propose des fiches info très pratiques dans de nombreux domaines et donne la possibilité de contacter un avocat pour les questions juridiques relatives aux équidés.

retour haut de page
version imprimable