n°49 - septembre 2013

tous les numéros d'é-kilibre fleche lien

Editorial | Mobilisation contre la violence sur les animaux | Endurance Equitable-Corse | La phrase du mois | Les journées du cheval et de l'âne | La photo du mois | Palmarès du concours national d'élevage, A Fiera di u Pratu | Dans la presse

Editorial

par Laetitia Taillade

La violence contre les animaux a suscité l'émoi en Corse ce mois d'août, période à laquelle, en général, la saison touristique prend le pas sur tout autre sujet. Les insulaires se sont mobilisés en nombre, d'abord par l'intermédiaire des réseaux sociaux, la presse ne pouvant rester muette et prenant le relais.

Tout d'abord avec les graves incidents de l'âne de l'Ospedale attaquant des touristes. Dans un premier temps, le maire de Porto-Vecchio a condamné à mort l'âne (le premier magistrat peut demander l'euthanasie d'un animal reconnu dangereux), pour, ensuite, annoncer sa grâce.

article âne
article publié par Corse-Matin le 2 août 2013 (cliquer pour agrandir)

article âne
article publié par Corse-Matin le 3 août 2013 (cliquer pour agrandir)

Ensuite avec l'affaire du chien Whisky, heurté par une voiture et trainé sur plusieurs kilomètres pour être, finalement, abandonné, mort, sur un parking ajaccien. Des manifestations ont été organisées, le 14 août, à Ajaccio et Bastia pour dire non à la violence contre les animaux (voir article suivant).

article manifestations
article publié par Corse-Matin le 15 août 2013 (cliquer pour agrandir)

Et plus récemment, les actes de cruauté dont sont victimes les pensionnaires de la ferme pédagogique de Padule, à Porto-Vecchio.

article ferme pédagogique
article publié par Corse-Matin le 20 août 2013 (cliquer pour agrandir)

Cette forte médiatisation a choqué certaines personnes qui trouvent disproportionnées ces mobilisations en faveur des animaux comparées à celles en faveur des humains. Mais l'une n'empêche pas l'autre.

Les acteurs de la protection animale sont confrontés à ce genre de cas au quotidien et luttent contre la maltraitance discrètement, souvent sans trouver d'appui auprès des autorités compétentes et des élus. Les auteurs de violence sont rarement inquiétés, encore moins condamnés.

On pourrait espérer que ces tristes évènements auront au moins servi à faire évoluer la situation et que la cruauté contre les animaux sera désormais prise au sérieux. Alors pourquoi, il y a quelques jours à peine, des gendarmes n'ont pas compris que nous allions jusqu'à déposer une plainte pour maltraitance sur des chevaux ?

Pétitions pour que la justice intervienne et les auteurs des faits soient identifiés et poursuivis :
http://www.petitions24.net/le_chien_des_salines
http://www.change.org/fr/pétitions/pour-la-mort-de-whisky-et-tous-les-autres-animaux-martyrs-corses
http://www.change.org/fermedepadula

retour haut de page

Mobilisation contre la violence sur les animaux

par Agnès Perfettini

Quelle belle manifestation, enfin du monde ! Enfin une vraie mobilisation ! Enfin des gens qui se sentent concernés par un sujet brûlant !

Environ 500 personnes motivées et remontées contre l'acte de barbarie commis envers Whisky, mais aussi remontées contre la barbarie envers tout le règne animal. Plus de 31500 signatures via les réseaux sociaux, c'est un chiffre qui parle !

les manifestants

les manifestants

Nous nous sommes avancés dans le silence de la Mairie à la Préfecture où les associations ont été reçues par Le Secrétaire Général de Monsieur le Préfet. Danielle Samartini, des Sans Colliers, est ressortie confiante en nous informant que l'entrevue avait été bénéfique et positive. Une pièce maîtresse est venue se lier à cette lutte contre la barbarie. En effet, Maitre Anna-Maria Sollacaro, fille de feu Maître Sollacaro, s'est portée volontaire pour défendre les droits des animaux. Une pièce maîtresse dans ce combat de longue haleine…

Je me suis d' ailleurs permise de l'accoster et de présenter Equitable-Corse. Maître SOLLACARO est prête à agir pour notre cause, je trouve que c'est une personne dont nous avons besoin pour pousser des portes trop souvent fermées !

agnès perfettini

Nous avons évolué sur le cours Napoléon jusqu'au Tribunal où Danielle a repris la parole en remerciant les personnes présentes, associations et bénévoles venus nombreux et, face aux horreurs qu'elle côtoie au quotidien avec Marie-Blanche (contrôleur de l'association de Protection et d'Assistance aux Animaux), elle s'est dite reboostée et confiante quant aux missions et manifestations à venir. Il semble que nous ayons  été enfin entendus.

Danielle Samartini a précisé à nouveau qu'il ne s'agissait pas d'une manifestation pour un appel à la violence ou à la vengeance mais pour que les gens prennent conscience des atrocités commises autour d'eux, dans leur village, dans leur proche voisinage, et qu'il ne fallait plus hésiter à contacter des personnes compétentes afin d'intervenir auprès de ces tortionnaires encore trop nombreux sur notre île. Trop souvent les gens se sentent seuls et ne savent pas comment agir pour stopper certains actes de barbarie. Tous les représentants d'associations se sont fait connaître. On se rend compte alors que beaucoup sont témoins d'acte de maltraitance sur des animaux, c'est effrayant… Ces personnes savent, à présent, à qui faire appel !

Monsieur CASALTA, qui était présent avec sa fille, a pris la parole et a tenu à remercier toutes les personnes présentes et absentes, connues ou anonymes, d'ici et d'ailleurs car les personnes ayant signé la pétition ont afflué du monde entier ! J'ai même expliqué la situation à des Japonais et des Américains croisiéristes d'un jour sur Ajaccio…

La foule a applaudi toutes les associations pour le travail et le courage dont elles font preuve avec, souvent, le peu de moyens dont elles disposent !

Danielle nous a ensuite invités à nous disperser dans le calme, comme nous étions arrivés.

J'espère qu'un tel mouvement fera naître des vocations et que de nouveaux adhérents viendront renforcer nos associations.

L'Ile de Beauté doit le rester à tout point de vue afin de ne pas laisser en héritage à nos enfants cette violence gratuite, cette cruauté et surtout cette lâcheté dont certains font encore preuve. STOP AUX VIOLENCES SUR LES ANIMAUX ! Tout être vivant a droit à la vie, respectons cette vie pour eux aussi.

retour haut de page

Endurance Equitable-Corse

par Laetitia Taillade

La 4ème édition du concours d'endurance organisé par Equitable-Corse se tiendra le dimanche 29 septembre 2013, au départ de Calenzana.

Ce qui ne change pas par rapport à l'année dernière :

Ce qui change :

affiche

Toutes les infos : http://endurance.equitable-corse.com/

retour haut de page

La phrase du mois

proverbe français

"Un âne ne trébuche pas deux fois sur la même pierre"

retour haut de page

Les journées du cheval et de l'âne

 

Le Conseil du Cheval en Corse organise les 21 et 22 septembre les journées du cheval et de l'âne à l'hippodrome de Casatorra à Biguglia.

Au programme :

Le samedi 21 septembre
A partir de 10h, vente de chevaux toutes races dans un rond aménagé,
démonstration d'ostéopathie équine,
à partir de 14h, présentations primées de juments et ânesses suitées, toutes races, puis de pouliches de 2 ans,
démonstration de maréchalerie,
course de poneys,
épreuve des 6 barres (puissance).
Le dimanche 22 septembre
Programme similaire, les présentations de chevaux ne concerneront que les juments, étalons et poulains de race corse.

Pendant les deux journées, diverses animations seront proposées : promenades à poney, promenades en calèche, manèges… De nombreux stands seront installés et un service de buvette et restauration rapide sera disponible.

Tous les propriétaires souhaitant vendre des équidés trouveront là une belle occasion de présenter leurs produits.

Sur invitation des organisateurs, Equitable-Corse sera présent le dimanche.

retour haut de page

La photo du mois

 

photo du mois

retour haut de page

Palmarès du concours national d'élevage, A Fiera di a Bocca di u Pratu

Communiqué de l'Assocciu U Cavallu Corsu

Le samedi 3 août se sont déroulés deux évènements importants pour la race lors de la Fiera di a Bocca di u Pratu :

- Le premier concours national d’élevage de la race.
- La tenue de la Commission Nationale d’approbation et confirmation.

Le jury du concours, sous l’autorité du Président Sébastien Emanuelli, et en présence de André Barbara, délégué national des Haras Nationaux des races territoriales, ainsi que des juges agréés de la Race du Cheval Corse tient à remercier les nombreux éleveurs qui ont participé.

M. Barbara et les juges ont souligné la qualité des chevaux présentés, notamment les poulinières suitées ainsi que leurs produits. Le schéma de sélection et le travail sur les accouplements raisonnés mis en place par l’Associu donnent les résultats escomptés.

le concours

Le palmarès :

Catégorie étalons
1er prix, Prix du Conseil du Cheval en Corse, remis par son président M. Sbraggia : Nebbiu à Sébastien Agostini
2e prix : Caprice à Patrice Biaggi
3e prix : Acellu di Paradisu à David Cherruau
Catégorie juments suitées
1er prix, Prix du GAL Centru di Corsica, remis par son président M. Achard : Fulena et d’Alma di Cirnu à Anne-Marie Graziani
2e prix : Filighjola et Druuna à Christelle Jeanson
3e prix : Sperenza et Desertu à Mathieu Bonavita
Catégorie juments
1er prix : Stella à Bruno Battaglia
2e prix : Umbria à Christelle Jeanson
3e prix : Muresca à Romain Provent

La Commission Nationale d’approbation et confirmation a approuvé 3 juments, futures reproductrices de la race.

retour haut de page

Dans la presse

article publié par http://www.lapresse.ca/, le 26 juin 2013.

Le génôme d'un cheval vieux de 700 000 ans décodé

Des chercheurs sont parvenus à décrypter le génome d'un cheval vieux de 700 000 ans, de loin le plus ancien génome jamais analysé à ce jour. Un exploit qui permet d'envisager de lire dans l'ADN de fossiles qu'on croyait jusqu'alors bien trop endommagé pour livrer des informations exploitables.

Tout a commencé en 2003 avec la découverte d'un morceau d'os fossilisé dans une couche de terre gelée («permafrost») dans le Yukon canadien.

«Il s'agit d'un bout de métapode, un élément d'un os long de la jambe; il est partiel, environ 15 cm de long sur 8 cm de large», explique à l'AFP Ludovic Orlando, chercheur français du Centre de géogénétique du Muséum d'Histoire naturelle du Danemark.

Un os de cheval, révèle la comparaison morphologique avec d'autres chevaux préhistoriques ou non. Mieux encore: c'est un os conservé au froid et âgé d'environ 735 000 ans si l'on en croit la strate du permafrost d'où il a été exhumé.

Même si le plus ancien génome jamais séquencé jusqu'alors, celui de l'homme de Denisova, est dix fois plus jeune (70 000 à 80 000 ans), l'équipe danoise décide de relever le défi et de l'analyser.

«C'était une occasion unique pour pousser nos technologies à la limite (...) Moi-même, pour être honnête, quand on a commencé le sujet, je pensais que ce n'était pas possible!», souligne M. Orlando, auteur principal de l'étude publiée mercredi dans la revue Nature.

Les chercheurs vérifient d'abord si les molécules de l'os ont bien été préservées par le gel durant tout ce temps. Non seulement ils y trouvent les constituants du collagène, protéine principale des os, mais ils parviennent à le séquencer. Surprise, ils voient aussi d'autres molécules, comme les marqueurs de vaisseaux sanguins qui irriguaient cet os.

Tout semble réuni pour y chercher de l'ADN avec la technologie dite de «deuxième génération», la seule disponible à l'époque. «Effectivement, on a pu identifier en moyenne une séquence sur 200 qui est d'origine chevaline», raconte-t-il.

Puzzle avec des milliards de pièces

Cela reste malgré tout insuffisant d'un point de vue scientifique. Les chercheurs de Copenhague tentent alors une première technologique, mettant à profit les progrès récents de la recherche médicale. Ils utilisent cette génomique de «troisième génération» qui permet de séquencer les molécules d'ADN sans les manipuler, sans les amplifier, préservant ainsi au maximum des molécules déjà fortement dégradées par le passage du temps.

Le résultat est trois à quatre fois meilleur que précédemment. «On a essayé de l'améliorer encore en changeant certains paramètres, comme la température, la méthode d'extraction, etc. D'une séquence équine sur 200, on est passé quasiment à dix fois plus», indique M. Orlando.

«On a des tout petits bouts mais comme on en a beaucoup, on est capable de réassembler ça sur un génome de référence. Comme un vase qui serait brisé en mille morceaux, c'est un puzzle mais avec des milliards de pièces!».

Verdict: «C'est clairement un membre de l'espèce cheval», lointain cousin situé «à l'extérieur du groupe de tous les chevaux modernes» comme le prouve la comparaison avec le génome de cinq variétés domestiques, du cheval de Przewalski (équidé sauvage très proche du cheval) et d'un équidé vieux de 43 000 ans.

«Il est beaucoup plus grand que les poneys actuels, plus grand que les chevaux Fjord. Il a la taille des chevaux islandais», précise le chercheur.

Au passage, les généticiens démontrent que l'ancêtre commun à tous les équidés modernes (chevaux, ânes, zèbres, etc.) est apparu voici environ quatre millions d'années, deux fois plus tôt que ce que l'on pensait jusqu'alors. Et ils suggèrent également que le cheval de Przewalski, dernier survivant de la population de chevaux sauvages, est génétiquement viable malgré les croisements réalisés pour sauver cette espèce de l'extinction.

Surtout, l'exploit de ces experts du passé ouvre des perspectives inenvisageables jusqu'alors, permettant de rêver un jour d'analyser l'ADN d'animaux préhistoriques, voire d'ancêtres de l'Homme qu'on croyait hors d'atteinte. «À peu près 10% des molécules de très petite taille vont survivre au-delà d'un million d'années dans ces conditions-là. Et la bonne nouvelle, c'est que ces molécules ont suffisamment d'information pour permettre de les détecter», résume le chercheur.

«On ouvre une porte qu'on pensait fermée à jamais! Tout va dépendre de l'avancée des technologies, mais on a des tonnes d'arguments pour penser que ça va mener à un coffre-fort plutôt qu'à une impasse», assure Ludovic Orlando.

Laurent Banguet, Agence France-Presse, Paris

retour haut de page
version imprimable