n°52 - décembre 2013

tous les numéros d'é-kilibre fleche lien

Editorial | Stage spectacle équestre | La bonne résolution pour 2014 : une assurance pour mon cheval ! | La phrase du mois | Concours International d’Endurance | Erratum | La photo du mois | Innovation | Dans la presse

Editorial

par Daniel Guglielmacci

TVA à 20%

Un seul mot : « Brouillon ».

D’abord : un gâchis de mauvaise communication entre l’exécutif national, les ministères, la Fédération Française d’Equitation et l’Europe avec leur cortège de technocrates et juristes respectifs.

Ensuite : des promesses non tenues et des arguments décalés devant la réalité…

Enfin : un sursaut des structures équestres et cavaliers, soutenus par une partie des élus nationaux convaincus par la cause, qui ont manifesté haut et fort leur désaccord devant la gestion de ce dossier de TVA à 20%. Le monde équestre a le sentiment fort de ne pas avoir été consulté, entendu ni soutenu.

Les craintes communes sont économiques, sociales et sportives.

Le dossier est toujours ouvert, mais tout le monde tourne un peu en rond pour l’instant, cherchant l’issue de secours…

Au final notre grosse crainte "à nous" est pour les équidés : si la catastrophe économique annoncée a lieu, que vont devenir alors tous ces équidés délaissés et sans emploi, voire sans gîte. Encore un défilé résigné vers l’abattoir, solution économique « facile » et sans pitié ?

Article traitant du sujet, parmi tant d'autres : Hausse de la TVA dans l'équitation : les racines du mal

retour haut de page

Stage spectacle équestre

 

FAE Equiloisirs a mis en place une série de stages sur le thème "spectacle équestre", qui pourrait aboutir à la création d'un spectacle équestre régional pour Cavall'in festa 2014.

La première session s'est déroulée à Corte les 21 et 22 novembre, animée par Christophe Hasta Luego.

Le stage était présenté par séquences de 45 minutes, en séance individuelle avec son cheval, au cours desquelles Christophe ciblait l’attente du cavalier. Une fois les objectifs fixés, la séance commençait.... Nous avons pu travailler et voir travailler différents gestes techniques tels que; la révérence, le cabré, le pas Espagnol, mais aussi le travail monté et en liberté. Travail, bien sûr, adapté au niveau du cavalier et du cheval.

Le bilan est que, pour mieux approfondir au niveau technique et artistique, les cavaliers et leurs chevaux devraient avoir un thème ou un projet sur des figures précises de liberté ou monté afin que le contenu soit plus enrichissant.

Ce stage ayant été fondamentalement basé sur un partie technique, les prochains sujets d’interventions seront plus ciblés pour aider les clubs et les particuliers à aboutir à des projets de spectacle en individuel ou en groupe.

Mis à part le grand froid, cela fut très enrichissant et les cavaliers intéressés par le monde du spectacle et ayant envie d’aboutir à un projet sont invités à contacter le centre équestre FAE Equiloisirs afin d'être tenus informés des prochains rendez-vous.

Merci à Christophe Hasta Luego , à tous les participants et au centre équestre Fae Equiloisirs.

stage spectacle

stage spectacle

stage spectacle

stage spectacle

stage spectacle

stage spectacle

stage spectacle

stage spectacle

Tél : 04 95 61 09 88.
Possibilité d'assister aux stages en auditeur.

retour haut de page

La bonne résolution pour 2014 : une assurance pour mon cheval !

par Laura-Stella Lovisi

Pour avoir un cheval, mieux vaut être prévoyant et avoir une tirelire bien remplie, puisque nos équidés peuvent coûter très cher en cas de problème de santé…. Un accident, une maladie ça arrive vite ! Afin d’offrir les meilleurs soins sans problème financier, il existe des assurances (encore trop peu souscrites) qui couvrent une grande partie des frais vétérinaires (la cotisation mensuelle débute à 25€ pour un cheval de loisir d’une valeur de 1000€ avec prise en charge en cas d’accident ou de maladie).

Voici une liste non exhaustive des assurances :

retour haut de page

La phrase du mois

proverbe français

"Les chevaux courent les bénéfices, les ânes les attrapent"

retour haut de page

Concours International d’Endurance  à Bravone / Domaine Casabianca

par Daniel Guglielmacci

Trois journées d’épreuves ont eu lieu du 22 au 24 novembre 2013 à Bravone / Domaine Casabianca, organisées par les membres de Campuloru Competizione, qui ne se sont pas découragés devant les conditions climatiques exceptionnellement désagréables toute la semaine. Les bénévoles ont su réagir au pied levé face aux embuches de la météo et offrir aux cavaliers et leur monture une piste adaptée et revue pour permettre à tous de rentrer à bon port.

Le vendredi, un peu plus clément, a été le support des épreuves classiques de 90 km, et les samedi et dimanche se sont déroulées les épreuves sur deux jours.  Les cavaliers et leur monture sur le départ du dimanche matin, après toute une journée d’efforts le samedi, étaient prêts à en découdre sur la piste, et le suspense a duré jusqu’ à l’arrivée finale des deux jours, sous un furtif rayon de soleil.

Avec une forte participation d’étrangers et de continentaux ne jouant pas les figurants, les Corses ont su tirer tout de même leur épingle du jeu et se positionner sur les podiums et sur tous les temps scratchs.

Bravo encore à tous les concurrents, bénévoles, officiels qui ont bravé les éléments naturels.

Résultats complets sur le site de l'organisateur www.campulorucumpetizione.fr/

retour haut de page

Erratum

par Laetitia Taillade

Dans l'éditorial du mois dernier, je remarquais la disparition de la possibilité d'exclure un équidé de l'abattage pour la consommation humaine sur la carte d'immatriculation.

Un lecteur (je l'en remercie) a corrigé mon erreur : cette possibilité existe toujours mais elle se trouve dans le document d'accompagnement, dans la partie "traitement médicamenteux".

Si un propriétaire d'équidé signe le document pour écarter définitivement l'équidé de l'abattage pour la consommation humaine, les propriétaires suivants doivent à leur tour viser le document.

Comme le soulignait ce lecteur attentif, ce document accompagne le cheval durant toute sa vie.

Effectivement, c'est rassurant. Sauf pour les nouveaux propriétaires d'équidés d'origine non constatée, identifiés il y a un certain temps : la page du traitement médicamenteux était alors simplement jointe au document d'accompagnement et pouvait se perdre. Les Haras Nationaux ont, depuis, rattaché la page au reste du document.

retour haut de page

La photo du mois

 

photo du mois

retour haut de page

Innovation

par Laetitia Taillade

Un communiqué a circulé sur la toile dernièrement : "La société Tradingpak commercialisera à partir du mois de janvier une semelle en céramique modelable destinée à équiper les sabots des chevaux d’endurance. Le produit, qui dispose notamment de qualités en matière de souplesse et de résistance, remplacera les vieux fers à cheval".

Le site Internet de cette société française ne développe pas l'information mais évoque la conception du "padceram", qui s'ajouterait au fer : "[…] afin d’assurer une locomotion optimisée en évitant les vibrations de basses fréquences, infrasons, gênantes provoquées par la résonance entre le sabot, le fer et le sol. Socrep & TradingPak Development travaillent sur l’empreinte palmaire de la boîte cornée".

La photo est plus parlante que le texte :

padceram

A suivre…

Site web : http://tradingpak.com/

retour haut de page

Dans la presse

article publié par Corse-Matin, le 4 novembre 2013.

jument abattue



article publié par www.lexpress.fr, le 26 novembre 2013.

Les défenseurs des animaux fermeraient les yeux sur des maltraitances à Hollywood

Le Hollywood Reporter assure que l'American Humane Association, chargée de veiller à la sécurité des animaux sur les tournages, fermerait les yeux sur plusieurs mauvais traitements. 

L'association chargée de certifier qu'aucun animal n'a été blessé sur un tournage ferme les yeux sur les mauvais traitements infligés aux animaux à Hollywood, assure le Hollywood Reporter, dont les accusations ont été démenties par l'ONG en question. 

Dans une longue enquête, au cours de laquelle il cite des membres de l'American Humane Association (AHA) ou des emails que certains d'entre eux ont échangé, le Hollywood Reporter énumère une série d'incidents ayant eu lieu lors des tournages de L'Odyssée de Pi, d'Ang Lee, de Pirates des Caraïbes, avec Johnny Depp, ou du Hobbit: un voyage inattendu, de Peter Jackson. 

Au total, pas moins de 27 animaux seraient morts sur le tournage du premier volet de la trilogie de Peter Jackson, selon le journal, qui évoque aussi des dizaines de poissons tués par des explosions sous-marines pour Pirates des Caraïbes ou encore un husky frappé à plusieurs reprises sur le tournage d'Antartica, prisonniers du froid, des studios Disney. 

Le magazine cite aussi un email envoyé par un de ses représentants sur le tournage de L'Odyssée de Pi, qui met notamment en scène un tigre: "Cette scène s'est vraiment mal passée et il (le tigre, ndlr) s'est perdu en essayant de nager jusqu'au bord', écrit cette femme, chargée d'évaluer les conditions dans lesquelles les animaux sont traités sur le tournage. "Il a failli se noyer... Je pense que cela va sans dire mais N'EN PARLE A PERSONNE, SURTOUT PAS AU BUREAU!". Ces incidents n'avaient pas empêché L'Odyssée de Pi d'obtenir le label garantissant qu'aucun animal n'avait été blessé durant le tournage.

Pour le Hollywood Reporter, l'AHA souffre d'un manque cruel d'indépendance, étant en grande partie financée... par l'industrie du cinéma elle-même. "C'est fascinant et ironique à la fois: protecteurs des animaux, ils sont aujourd'hui devenus complices des cruautés infligées aux animaux", accuse Bob Ferder, un ancien procureur de Los Angeles.

"Une situation que nous ne pouvons pas reconnaître"

"Autrefois association à l'écart, qui devait se battre pour surveiller de manière indépendante les tournages, l'AHA est devenue aujourd'hui un membre à part entière de l'industrie du cinéma", assène le Hollywood Reporter. L'AHA a réagi en évoquant un article "qui travestit le travail et les réussites d'une organisation à but non lucratif respectée, qui a permis à des millions d'animaux acteurs d'être en sécurité sur les plateaux de cinéma et de télévision partout dans le monde". 

"L'article dépeint une situation que nous ou quiconque connaît le travail de l'AHA ne pouvons pas reconnaître", ajoute encore l'association. "Au cours des années, malgré nos efforts, il y a parfois eu de rares accidents, la plupart sans gravité et involontaires", reconnaît l'AHA. "De manière regrettable, il y a même eu quelques morts, mais dans la plupart des cas, cela n'avait rien à voir avec le traitement réservé aux animaux sur les plateaux ou c'est arrivé alors que les animaux n'étaient plus sous notre responsabilité", conclut-elle.

retour haut de page
version imprimable