n°63 - décembre 2014

tous les numéros d'é-kilibre fleche lien

Editorial | Une euthanasie évitée | Innovations | La phrase du mois | Un nouveau métier | La passion du monde animal en général | La photo du mois | Dans la presse

Editorial

par Laetitia Taillade-Maraninchi

Bon appétit

Nous avons pour habitude de citer la Suisse en exemple en matière de protection animale. C'est, notamment, le pays qui a su imposer une formation validée par un permis pour la détention d'équidés, sur le principe qu'aimer un cheval ne suffit pas pour savoir s'en occuper. Avec un bémol, cependant : ce permis n'est obligatoire, pour les particuliers, qu'à partir de 5 équidés.

C'est dans ce pays, qui tente au mieux de règlementer les conditions de détention des animaux, qu'un zoo zurichois a, récemment, défrayé la chronique  : les animaux en surnombre finissaient dans les assiettes du restaurant du parc animalier. Dans une interview, le porte-parole du Wildnispark, près de Zurich, confirmait et tentait de justifier cette pratique : «chaque année une centaine de marcassins et de faons viennent au monde. Faute de place, ils sont abattus et finissent dans l’assiette des visiteurs».

Vous vous voyez proposer à vos enfants de manger Bambi ? Et dire que je pensais que les zoos avait pour vocation la protection des espèces...

Précisons quand même que d'autres zoos helvètes nient recourir à de telles pratiques.

Source : www.20min.ch

retour haut de page

Une euthanasie évitée

 

La vétérinaire Cécile Challulau a été appelée par la propriétaire d'un cheval de 20 ans qui, suite à une grosse tendinite, présentait une rétraction des tendons et des ligaments fléchisseurs. Elle voulait tout tenter pour le sauver.

avant

Une radiographie du boulet a montré l'absence d'arthrose. De ce fait, rien ne devait bloquer la guérison.

Un fer spécifique a été élaboré par le maréchal-ferrant Alexandre Papi.

fer

Le fer orthopédique a été laissé 45 jours. Parallèlement, la propriétaire faisait des massages à l'aloé vera et donnait de l'Ekyflex tendon.

fer posé

Le cheval a guéri et a même repris de l'état. Le fer pouvait être retiré.

au bout de 45 jours

retour haut de page

Innovations

 

C'est au cours du salon du cheval de Paris que sont décernés les trophées de l'innovation : trois prix qui récompensent des produits, des services ou des concepts liés à la filière équine.

Les lauréats 2014 ne sont pas encore désignés. En 2013, ce sont trois inventions très différentes qui ont été récompensées.

Trophée de l’Innovation 2013 : Equibûches®, bois de chauffage densifié à base de copeaux de bois et crottin

cagette d'équibuches

Produit s'inscrivant dans une démarche de développement durable, l'Equibûche® est obtenue à partir de litières de copeaux de chevaux recyclées. Cette bûche densifiée, adaptée aux foyers domestiques, a un pouvoir calorifique quatre fois supérieur à celui du bois de coupe. Elle est pratique et propre, ne dégage pas d'odeur désagréable et n'encrasse pas les conduits.

Plus d'informations sur le site www.equibuches.com/

Coup de cœur Cheval Pratique 2013: Move’N See, caméra télécommandée par GPS

caméra

Avec ce dispositif, le cavalier peut se filmer sans cameraman. Il porte un brassard GPS relié à une caméra posée sur un trépied qui s’oriente vers lui, cadre et zoome seule. Le brassard télécommande le démarrage et l’arrêt de l’enregistrement.

Plus d'informations sur le site www.movensee.com/

Coup de cœur développement durable 2013: Brush Cleaner, ramasse crottins, nettoyeur de prés

ramasse crottin

Brush Cleaner élimine, dans des conditions normales, 98% des salissures dans les prés. Il ramasse le crottin de 4 chevaux pendant une semaine en moins de 4 minutes, mais également les petites branches et cailloux.

Plus d'informations sur le site www.collect-horse-manure.com/

retour haut de page

La phrase du mois

extraite de l'ouvrage "Dérives du dressage moderne", par Philippe Karl, fondateur de l'Ecole de Légèreté

"Le cavalier qui force la flexion de la nuque à l'aide d'enrênements et verrouille la bouche avec des muserolles spéciales n'agit guère mieux qu'un éducateur qui bâillonne un enfant et le ligote sur sa chaise pour le réduire au silence et lui imposer le calme."

retour haut de page

Un nouveau métier

 

Depuis janvier 2014, un nouveau métier est inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelles, celui d'équicien ou d'équicienne. Une formation est donc maintenant possible, elle se fait sur 3 ans accessible après le Bac.

L'équicien est celui qui pratique l'équicie (à ne pas confondre avec la thérapie avec le cheval ou l'équithérapie). Il s'agit d'un métier transdisciplinaire dont la caractéristique est la relation d’aide dans le cadre d‘actions à médiation avec le cheval.

L'équicien participe au développement psychologique, physique, affectif, cognitif, social et culturel de la personne qu'il accompagne, en la mettant en relation avec le cheval. Il élabore un projet individualisé d'accompagnement et peut ainsi rendre compte de ses actions.

L'équicien possède des compétences dans le domaine des sciences humaines mais aussi en éthologie scientifique équine pour une meilleure compréhension des besoins du cheval et recherche de son bien être physique et mental.

Pour en savoir plus : www.equitaide.com/

retour haut de page

La passion du monde animal en général

par Agnès Perfettini

Passionnée par le monde animal, domestique ou sauvage, terrestre ou aquatique, de la taille XXS à la taille XXL, il y en une qui date de mon enfance, la passion des ânes que j'ai la chance d' assouvir depuis plus de 10 ans maintenant et une autre que je "nourris" à distance et qui me tient très à coeur, celle des grands singes : les gorilles en l'occurrence.

J'ai parrainé, il y a quelques temps, un jeune sujet nommé Chris qui, comme bon nombre de gorilles, a subi la lourde et triste perte de sa maman. Le Cameroun est l'un des nombreux pays africains à sauvegarder cette magnifique espèce de grand primate dénombrant encore de nos jours un nombre scandaleux de massacres dû au braconnage !

bébé gorille

Comme beaucoup d'associations sur place, les bénévoles, professionnels ou non, souffrent d'un manque énorme de moyens (c'est un mal récurrent pour toutes les associations de protection animale, il faut encore et encore le rappeler). A mon niveau, j'ai donc décidé de parrainer un jeune gorille de 4 mois en effectuant un don. Ce contrat d'adoption (reconductible) ainsi que la somme versée me permettent de suivre la croissance de Chris malgré les milliers de kilomètres qui nous séparent. Tous les six mois, j'obtiens de ses nouvelles avec le suivi de son adaptation au sein de son groupe, en vue, plus tard, de rejoindre son habitat naturel sans grillage ni clôture. La somme versée participe à sa nourriture et au frais de vétérinaire.  Même si je sais que je ne serai pas autorisée à m'en occuper personnellement, et ce pour ne pas interférer avec l'équipe en charge du groupe et ne pas non plus perturber l'environnement de Chris, j'aspire bien sûr à me rendre sur place afin de vivre cet échange au plus près.

Certains me font parfois la remarque... "Et les enfants en souffrance, n'est-ce pas plus important ?...". A ces personnes je réponds que les animaux eux aussi ont des droits et qu'ils ont besoin de passionnés comme nous pour les aider à ne plus souffrir. Et puis, les grands primates ne sont-ils pas nos cousins... ?

Ils ont eux aussi des besoins de toutes sortes. L'homme détruit de plus en plus l'habitat naturel du gorille en plaine et en montagne, il devient un sans abri. Il a, lui aussi, de gros besoins affectifs et sans sa mère que l'on massacre pour satisfaire certaines personnes sans scrupule, il devient orphelin. On tue ses congénères pour leurs mains qui serviront de cendriers ou de vide poche pour donner un "cachet" dans le salon de ces gens qui n'imaginent même pas les atrocités dont les gorilles sont victimes... Sans repère hiérarchique, difficile pour une jeune sujet de trouver sa place au sein du groupe, on détruit son mode sociétal.

Nos cousins ont contribué à l'évolution de l'espèce humaine, nous leur sommes redevables. Nous nous devons d'agir aujourd'hui pour toutes ces espèces en danger, afin que notre planète se donne la chance de vivre encore un peu et que, demain, nos enfants et les leurs ensuite puissent s'en réjouir.

Si je considère mes propres animaux comme des membres de ma communauté familiale, je me sens également membre à part entière de la communauté animale. Ils font partie intégrante de mon mode de vie au quotidien.

Il est urgent d'ouvrir les yeux sur les innombrables meurtrissures que nous infligeons aux animaux, la survie de l' homme passe aussi par l'équilibre du monde animal.

Les respecter, c'est nous respecter.

retour haut de page

La photo du mois

 

photo du mois

retour haut de page

Dans la presse

article publié par http://www.huffingtonpost.fr, le 8 novembre 2014

Antibiotiques: des chercheurs découvrent une nouvelle substance dans du crottin de cheval

Copsin, c'est le nom donné à une substance capable de tuer les bactéries (ou plus simplement, antibiotique) que viennent de découvrir des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Comme le rapporte l'agence de presse suisse ATS, cette substance encore inconnue a une particularité: elle provient du coprin cendré, un champignon qui prolifère... sur le crottin de cheval.

Comme l'explique l'EPFZ dans un communiqué publié sur son site vendredi 7 novembre, la Copsin "appartient à la classe des défensines, de petites protéines que de nombreux organismes vivants produisent comme défense contre les microbes".

Si son utilité reste encore à préciser, la Copsin pourrait notamment servir dans l'industrie agro-alimentaire, puisque cette substance a la capacité d'éliminer les listeria, ces bactéries que l'on retrouve dans les aliments d'origine animale et qui peuvent provoquer des complications graves, notamment chez la femme enceinte. Une demande de brevet a en tout cas déjà été déposée, précise l'EPFZ.

retour haut de page
version imprimable