n°81 - juin 2016

tous les numéros d'é-kilibre fleche lien

Editorial | Equifeel | Circulation sur la voie publique | La phrase du mois | Le lycée du cheval | Innovation
L'image du mois | A l'étranger | Dans la presse

Editorial

par Laetitia Taillade-Maraninchi

Encore un scandale alimentaire

C'est en Afrique, cette fois, que le scandale éclate. On découvre des abattoirs sauvages d'ânes, notamment au Sénégal et au Mali, pays où l'on ne consomme pas cette viande, par tradition ou pour des raisons religieuses. La viande est donc vendue sur place sous d'autres appellations, ou exportée illégalement vers des pays consommateurs. Dans tous les cas, le risque sanitaire est grand, en raison des conditions d'abattage insalubres.

Je m'étonne que la presse française, si choquée par les lasagne à la viande de cheval, ne reprenne pas cette actualité. Sans doute à cause de la période de grèves que traverse le pays, à quelques jours de l'Euro 2016 de football.

retour haut de page

Equifeel

par Laetitia Taillade-Maraninchi

L'association Equitable-Corse a fait le choix de limiter son concours de TREC du 25 septembre 2016, à Castirla, aux seules épreuves de PTV (parcours en terrain varié). Cette décision a été motivée par des raisons économiques. En effet, la préfecture de Haute-Corse impose la présence d'une ambulance et d'un médecin pour l'épreuve de POR (parcours d'orientation et de régularité), qui se déroule sur la voie publique. Cette obligation est strictement limitée au département car la Fédération Française d'Equitation n'exige pas de telles normes de sécurité. Même si le tracé du POR que nous avions envisagé n'empruntait que des pistes et des sentiers, sans toucher la moindre route, il s'agissait de "voies ouvertes à la circulation", donc entrant dans le cadre de ces dispositions.

Equitable-Corse préfère consacrer l'argent aux sauvetages d'équidés.

La journée du 25 septembre sera, quand même, bien remplie car l'association a rajouté au programme un concours d'Equifeel Club 1, inscrit au calendrier de la FFE.

L'equifeel est une discipline qui découle de l'équitation éthologique, mettant en avant la complicité établie avec le cheval. Le concours propose une série de tests qui seront réalisés à pied. Pour chaque test, le cavalier aura le choix entre trois contrats de différents niveaux de difficulté, à réaliser dans un temps imparti.

equifeel

Le dispositif de la bâche sera certainement au programme de l'épreuve : le cavalier part de la ligne de départ, doit faire traverser la bâche à son poney/cheval et l’arrête dans la zone d’arrivée. Dans le contrat à 10 points, le cavalier tient son équidé avec licol et longe et doit lui faire traverser la bâche. Dans le contrat à 15 points, la longe est reliée par un élastique au licol, le poney/cheval s’arrête sur la bâche 5 secondes, le cavalier ne doit pas marcher sur la bâche. Le contrat à 20 points est similaire à celui à 15 points, mais l'équidé est en liberté.

Equitable-Corse devrait proposer un stage d'Equifeel début septembre, plus d'informations dans un prochain numéro.

retour haut de page

Circulation sur la voie publique

 

Le cheval, attelé ou monté, est considéré comme un véhicule. Le cavalier et le meneur sont donc soumis aux obligations du code de la route lorsqu'ils circulent sur la voie publique.

Ainsi, le cavalier en selle doit circuler sur la chaussée et non sur les trottoirs ( hors agglomération, il est cependant autorisé de circuler sur l'accotement, dans le sens de la marche). Les pistes cyclables sont également interdites aux cavaliers, mais les voies vertes, réservées à la circulation des véhicules non motorisés, sont ouvertes aux cavaliers et meneurs.

Il est interdit de galoper en agglomération.

Les conducteurs (cavaliers et meneurs) doivent rester maîtres de leur véhicule (chevaux) : il est évidemment recommandé d'emprunter la voie publique avec des chevaux calmes et bien éduqués, et de ne pas hésiter à mettre pied à terre si l'équidé chauffe. Le cheval doit avoir un mors dans la bouche pour avoir le droit d’aller sur la route.

A terre, le cheval mené en main, le couple est considéré comme un piéton, le cavalier devant se placer entre l'animal et la circulation.

L'usage du téléphone portable en main est interdit.

Toute infraction commise par un cavalier à cheval ou un meneur de voiture hippomobile est passible des mêmes peines que si elles avaient été commises avec une voiture ou moto, mais le retrait de points sur le permis est impossible. En revanche, une suspension de permis peut être décidée par un juge lorsqu'elle est prévue par le code de la route (circulation en sens interdit, feux ou stop grillés, etc...)

En cas d'infraction commise avec un cheval, ce dernier peut être confisqué. En cas d’infraction majeure il est même possible de prononcer l'interdiction de détenir temporairement ou définitivement un animal, de suspendre ou d'annuler le permis de conduire.

piste cavalière
panneau de piste cavalière obligatoire

Un cavalier doit avoir 14 ans révolus pour circuler à cheval sur la voie publique (12 ans s'il est accompagné d’un cavalier d’au moins 21 ans) et 16 ans pour conduire un véhicule attelé, pour lequel aucun permis n'est exigé. Il faut préciser qu'en cas de retrait du permis de conduire, la conduite d’un attelage est également interdite.

Une randonnée regroupant 25 chevaux et plus qui emprunte la voie publique doit faire l'objet, un mois à l'avance d'une déclaration en préfecture : déclaration d'organisation d'une manifestation sportive non motorisée sur une voie publique ouverte à la circulation publique, sans classement final des participants (Cerfa n° 13447*03).

Sources : www.haras-nationaux.fr, équidés et droit de circulation
www.haras-nationaux.fr, réglementation applicable à la traction animale
Wikipédia

retour haut de page

La phrase du mois

par François Baucher, maître de dressage français (1796-1873)

"Le cheval a la perception comme il a la sensation, la comparaison et le souvenir. Il a donc le jugement et la mémoire. Il a donc l'intelligence."

retour haut de page

Le lycée du cheval

par Laetitia Taillade-Maraninchi

Dans l'Indre, à Saint-Cyran-du-Jambot, un lycée agricole s'est spécialisé dans les métiers du cheval. Cet établissement, unique en France, accueille 250 élèves de la 4ème à Bac plus 3, avec un internat, et 140 chevaux et poneys.

carte France

Installés dans un ancien orphelinat de religieuses, les lycéens préparent un Bac pro hippique. Ils apprennent les métiers de soigneur, éleveur, maréchal-ferrant, etc... et peuvent même poursuivre leurs études jusqu'à la licence management de centre équestre.

Les élèves participent à deux séances d'équitation par semaine; la théorie est, évidemment, présente dans toutes les matières. Des stages techniques avec de grands cavaliers sont organisés régulièrement.

Source : France 3

retour haut de page

Innovation

par Laetitia Taillade-Maraninchi

Le side-horse

Dispositif en cours d'élaboration depuis 2013, le side-horse devrait permettre au public handicapé, notamment les tétraplégiques, de ressentir le contact direct avec le cheval.

essai sidehorse

Fruit d'un travail collaboratif en partenariat avec le Haras national du Pin, sur l’idée de l’Adapei (Association départementale de parents et amis de personnes handicapées mentales), du département de l’Orne et d'entreprises mécènes, le side-horse a beaucoup évolué dans sa conception depuis la première idée imaginée sur le papier, une voiture hippomobile à côté du cheval, jusqu'au prototype du double fauteuil retenu.

Ce sont maintenant les étudiants en plasturgie d’Alençon qui planchent sur le projet pour mettre au point un système confortable pour le cheval et les cavaliers. Ils ont d'ores et déjà réussi à considérablement alléger le dispositif et le side-horse , dans sa version finale, devrait être dévoilé en juin. Il serait alors proposé aux centres équestres.

sidehorse

Source : http://france3-regions.francetvinfo.fr

retour haut de page

L'image du mois

 

retour haut de page

A l'étranger

 

Dans le numéro 78 d'é-kilibre, nous évoquions le cas d'un jockey sanctionné pour ne pas avoir arrêté son cheval épuisé.

A L'Ile Maurice, un jockey a été condamné à 3 mois de suspension et 4000 $ d'amende pour ne pas "avoir sollicité son cheval pour obtenir le meilleur classement possible".

Source : paris-turf.com

retour haut de page

Dans la presse

article publié par www.directmatin.fr, le 22 mai 2016

À Hawaï, il est possible d'adopter un âne

âne plage Hawai
Jusqu'à présent 450 ânes ont pu être adoptés. Photo d'illustration. [CC / Roberto Cossu]

L’Etat américain de Hawaï cherche à faire adopter une cinquantaine d’ânes sauvages. Ces animaux sont les derniers spécimens d’un troupeau de 500 bêtes qui vivaient en toute liberté.

Ces ânes travaillaient à l’origine dans les plantations de sucre et de café présentes en grand nombre à Hawaï. Au fil du temps, les animaux ont été abandonnés et depuis une quarantaine d’années ils se déplaçaient à leur guise jusqu’à s’aventurer sur les plages. L’une d’elles se nomme d’ailleurs Donkey Beach (la plage des ânes).

Mais lorsque la sécheresse les a obligés à chercher de l’eau dans les zones résidentielles, traverser les routes, s’aventurer sur les parcours de golf ou même à pénétrer dans une école, les ânes sont passés du statut d'animaux bucoliques à celui de nuisibles. Au point que certains habitants ont menacé de les tuer voire de les manger.

450 ânes adoptés

C’est donc pour leur propre sécurité, et afin de préserver la tranquillité des habitants d’Hawaï, que la SPA américaine a décidé de rassembler tous les ânes sauvages de l’archipel afin de les mettre à l’adoption.

L’opération, débutée il y a six ans, a permis jusqu’à présent de faire adopter plus de 450 bêtes. En 2011, l’organisation a même transféré 120 de ces ânes sauvages en Californie. Au total, la SPA américaine a dépensé à ce jour près de 200.000 dollars (environ 178.000 euros) pour les sauver et cela sans aucune aide gouvernementale. Il reste donc désormais cinquante ânes à adopter et toutes les bonnes âmes peuvent se manifester.

retour haut de page
version imprimable