n°89 - février 2017

tous les numéros d'é-kilibre fleche lien

Editorial | Concours organisés par Equitable-Corse | FFE et bien-être | La phrase du mois | L'horreur des fermes du sang | Règlement des compétitions FFE | L'image du mois | Formation juge endurance | Fiscalité des officiels de compétition | Dans la presse

Editorial

article publié par www.30millionsdamis.fr/

Abattoirs : la vidéosurveillance adoptée, mais…

Les députés ont adopté le principe de vidéosurveillance dans les abattoirs, satisfaisant ainsi une demande des associations de protection animale relais d’une très large majorité de nos concitoyens. Pour autant, si cela constitue une avancée, ce dispositif, en l’état, reste insuffisant. Le décryptage de 30millionsdamis.fr.

L’amendement d’Olivier Falorni, président de la commission sur les abattoirs et rapporteur de la proposition de loi "relative au respect de l'animal en abattoir", a été adopté par 28 voix contre 4 (3 élus LR et un UDI), après de longs débats (12/01/2017) qui n’ont réuni que… 5,5 % de la représentation nationale.

« Je suis épuisé mais très heureux et je veux remercier tous les citoyens mais aussi toutes les associations qui se sont mobilisés. (…) En alertant les gens, la Fondation 30 Millions d’Amis et toutes les associations qui se sont regroupées ont joué un rôle citoyen. Je crois qu’elles ont contribué à l’avancée de ce sujet majeur… » a confié le député O. Falorni à la Fondation 30 Millions d’Amis à l’issue de la séance publique.

Des caméras seront donc installées dans toutes les zones où des animaux vivants sont manipulés, qu’il s’agisse « des lieux d’acheminement, d’hébergement, d’immobilisation, d’étourdissement, d’abattage et de mise à mort » à partir du 1er janvier 2018. Et ce, « à l’issue d’une expérimentation permettant d’évaluer l’opportunité et les conditions de leur mise en place ». Il n’est toutefois pas précisé quels seront les abattoirs tests et qui évaluera cette expérimentation.

QUI CONTRÔLE, QUAND, COMMENT ?

Les images seront conservées un mois au maximum et ne seront visibles que des services vétérinaires et des RPA, Responsables Protection Animale [attention, il ne s’agit pas d’un représentant des associations de protection animale mais d’un salarié de l’entreprise, NDLR] au sein des abattoirs.

En l’état, ce dispositif comporte des lacunes : à quel moment les images seront-elles visionnées ? Qui donnera l’alerte en cas de dysfonctionnement ? Pourquoi avoir écarté les organismes de protection animale du contrôle des vidéos ?

Dans ce contexte, les associations déplorent que la présence des vétérinaires aux postes d’étourdissement et de mise à mort soit abandonnée : aucun vétérinaire n’assurera donc de contrôle sur toute la chaîne d’abattage. Dans cette hypothèse, la vidéosurveillance n’est d’aucun secours : il est en effet utopique de penser qu’il y aura un œil vigilant derrière chaque caméra.

DES MESURES ESSENTIELLES ABROGÉES…

Ont été annulées également les dispositions concernant la création de comités locaux et le comité national d'éthique pour les abattoirs qui auraient réuni services vétérinaires, éleveurs, représentants d’associations de protection animale, élus locaux… chargés de s’assurer du bon respect des pratiques d’abattage.

Autres motifs de déception : les amendements des députés Geneviève Gaillard (PS) et Jacques Lamblin (Les Républicains) sur la formation des opérateurs et sur l'étourdissement des animaux ont tous été rejetés ! Tout comme l’expérimentation de l’abattage mobile et l’interdiction d’abattre des femelles au dernier trimestre de leur gestation.

… ET DES MOTIFS DE SATISFACTION Toutefois, l'article 6 qui contient le renforcement des sanctions pénales a été adopté. En clair, les députés ont décidé d’étendre l'article L. 215-11 du code rural et de la pêche maritime qui prévoit une sanction plus lourde (de six mois d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende dans certains cas particuliers de mauvais traitements) aux établissements d'abattage ou de transport d'animaux. Ainsi, ce délit sera constitué dès lors que les personnes exploitant un établissement d'abattage ou de transport d'animaux vivants commettraient ou laisseraient commettre des mauvais traitements aux animaux placés sous leur garde.

« J'observe que depuis la réforme du Statut Juridique de l’Animal dans le Code Civil portée par la Fondation 30 Millions d’Amis en 2015, la cause des animaux s'est faite une place dans le débat public et politique et je m'en réjouis. Désormais, les problématiques soulevées par les acteurs de la protection animale trouvent un écho sans précédent dans l'opinion, dans la sphère médiatique, et dans l’hémicycle. Nos élus et nos dirigeants n'ont dès lors plus d'autres choix que d'apporter des réponses concrètes à cette demande sociétale forte que nous avons tous permis d'émerger », souligne Reha Hutin, la présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis.

LA FONDATION 30 MILLIONS D’AMIS VIGILANTE

Le texte, adopté le 12 janvier 2017 en première lecture à l’Assemblée nationale, doit à présent être examiné par le Sénat. La Fondation 30 Millions d’Amis restera vigilante – avec l’ensemble des associations de protection animale – lors des prochaines étapes du processus législatif pour que chacune des dispositions de la loi constituent une avancée concrète en matière de protection animale.

retour haut de page

Concours organisés par Equitable-Corse

 

Le 19 février, à Sainte-Lucie de Porto-Vecchio, Equitable-Corse organise, en partenariat avec Zappa Horse Endurance, un concours d'Equifeel, avec des épreuves Club A et Club 1. Sept tests sont au programme : le licol, le trèfle, le va et vient, la bâche, le compas, le slalom (sauf Club A) et le cercle (sauf Club A).

Clôture des engagements Internet le 13 février, concours FFE CLUB n° 1721087, possibilité d'engager sur place.

La deuxième journée de stage Equifeel, annulée à cause de la météo, a été reportée au 4 février.

stage
Isabelle Pétin a animé une première journée de stage...

...stage qui a beaucoup intéressé les participants et les spectateurs
stage

Le 26 mars, le Club Hippique Omessa Centre Corse mettra ses structures à la disposition d'Equitable-Corse pour un concours de saut d'obstacles Club, avec des épreuves Amateur.

Plus d'informations : http://concours.equitable-corse.com.

retour haut de page

FFE et bien-être

 

Comme nous vous l'annoncions en juillet dernier, la Fédération Française d'Equitation a intégré dans ses équipes un éthologue.

A l'origine destiné à apporter aux dirigeants d’établissements équestres les informations juridiques nécessaires à la gestion quotidienne de leur structure, le service "Ressources" du site internet ffe.com s'enrichit d'une rubrique "bien-être animal et éthologie" développée par ce spécialiste.

Le scientifique publie également des articles dans le mensuel édité par le service Ressources, "La lettre ressources". Dans le numéro 71, de janvier 2017, un article, consacré aux "vibrisses, 6ème sens du cheval", renvoyait au dossier plus complet du site web dédié à l'environnement sensoriel du cheval.

La FFE a organisé, dernièrement, un atelier "Bien-être animal" au Parc équestre fédéral qui avait pour but de faire l’inventaire des outils mis à la disposition des dirigeants de club par la FFE afin de développer et valoriser leur savoir-faire en matière de bien-être animal. L’éthologue du service Ressources est à la disposition des centre équestres pour dispenser des conseils ou des idées de développement d’atelier bien-être.

retour haut de page

La phrase du mois

par Pat Parelli, horseman américain

"Mieux un cheval recule et se déplace latéralement, mieux il fait tout le reste."

retour haut de page

L'horreur des fermes du sang

 

Dès 2015, des associations de protection animale dénonçaient l'horreur des conditions de vie des juments des fermes du sang : en Amérique du sud, des établissements recueillent le sang de juments gestantes qu'ils revendent, pour les hormones qu'il contient, à des laboratoires pharmaceutiques, dans le monde entier.

Enfermées dans des très petits espaces, sans jamais sortir, des centaines de juments sont inséminées puis avortées, dans un cycle sans fin. On leur prélève le sang sans limite, parfois jusqu'à la mort. Dans certaines de ces fermes, l'avortement n'est pas pratiqué, les juments mettent au monde des poulains sans répit. Les poulains, comme les juments "en fin de carrière", sont envoyés à la boucherie et finissent dans les assiettes européennes.

article the mirror
article publié par le journal britannique The Mirror

Une pétition demande au parlement européen d’interdire l’importation en Europe de tout bien produit à l’aide de techniques cruelles et générant des souffrances animales : cliquer pour signer la pétition.

retour haut de page

Règlement des compétitions FFE

 

Dans les évolutions du règlement des compétitions de la Fédération Française d'Equitation, on notera pour 2017 :

retour haut de page

L'image du mois

 

image du mois

retour haut de page

Formation juge endurance

 

Le CRE Corse et la commission Endurance organise le 12 février 2017 un stage de juge. Cette formation biannuelle est indispensable au bon déroulement des compétitions. Elle permet de connaitre les réglementations générale et spécifique à chaque discipline.

Prise en charge par le CRE, elle se déroulera à la Ferme Equestre de l'Albadu à Corte. Les débutants sont les bienvenus.

Pour plus d'informations, télécharger la notice publiée par la FFE, ici.

retour haut de page

Fiscalité des officiels de compétition

 

Les officiels de compétition sont soumis à l'impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices non commerciaux lorsque les sommes perçues dépassent 5 688,06€ par année civile( seuil pour 2017). L'arbitre doit également informer la FFE des sommes perçues et de l'identité des organismes les ayant versées (la Fédération et les organisateurs de compétitions doivent déclarer les sommes versées et payer les cotisations de sécurité sociale correspondantes).

Le défraiement d’un officiel bénévole, c'est-à-dire le remboursement des frais sur justificatif, n'entre pas en compte dans ce calcul.

Pour plus d'informations, télécharger la borchure, ici.

retour haut de page

Dans la presse

article publié par www.7sur7.be/, le 9 décembre 2016

Elle est bannie des sports équestres à cause de ce selfie

par Christophe Da Silva

selfie
Le selfie de trop pour Charlotte McPherson (22 ans). © (Twitter).

En mars dernier, Charlotte McPherson (22 ans) a disputé une compétition équestre avec son cheval "Thor". Aucun souci majeur durant l'événement mais la jeune femme britannique a reçu de nombreuses critiques à cause d'un selfie, selon The Telegraph. Le selfie posté après l'événement lui a été fatal. Le couvre-rein posé sur son cheval avait surtout permis à Charlotte McPherson de cacher la maigreur de son animal au grand public. C'est la raison pour laquelle la jeune femme britannique de 22 ans avait tout de même pu participer à une compétition équestre en mars dernier.

selfie

Plusieurs organisations de protection des animaux ont pris l'affaire très au sérieux. Charlotte McPherson a été obligée de se séparer de son animal. "On voyait presque tous les os de son corps", a expliqué Suzi Smoth, de l'association RSPCA aux médias britanniques.

Maltraitance animale

Charlotte McPherson a été poursuivie pour maltraitance animale. Résultat des courses: elle ne peut plus avoir de cheval durant les 10 prochaines années, selon le verdict du tribunal de Birmingham. Elle a aussi reçu une peine de travail d'intérêt général de 160 heures.

"Thor", le cheval, a entre-temps repris des couleurs après un "long processus". "C'est même difficile à croire qu'il était dans un tel état il y a cinq mois", explique encore l'association RSPCA.

retour haut de page
version imprimable