Louvois

Début septembre 2011, plusieurs personnes nous ont alertés au sujet de chevaux en vente qui partiraient à l'abattoir s'ils ne trouvaient pas preneurs. Parmi eux, deux cas urgents : deux trotteurs, qui avaient été accueillis et retapés par Paola, avant que le propriétaire les reprennes pour les vendre.

Nous avons pris contact avec le propriétaire qui nous a confirmé tout cela et avons achetés les deux trotteurs pour les placer à l'adoption. Nous avons également trouvé un acquéreur pour un Cob Normand, en négociant le prix.

Louvois était un de ces trotteurs, adopté très vite par Emilie, qui s'est intéressée à son histoire : "Il a fait de nombreuses première places en trot attelé et en trot monté, il a connu Vincennes, Enghien, la liesse populaire... Je suis originaire de Cherbourg dans le département de la Manche, et c'est là que Louvois a participé à sa première course (une belle 3ème place) le 5 juin 2003. Il est d'ailleurs né à quelques kilomètres seulement de chez mes parents".

Le 13 septembre, Louvois a été installé au ranch Caval'En Liberté, à Oletta. Emilie a l'intention de le laisser en pension le temps nécessaire pour le bichonner, le remuscler, établir un contact avec lui et lui redonner bon moral et confiance en l'homme. Ensuite, elle le mettra au pré près de chez elle, certainement avec un compagnon.

Louvois, à son arrivée à Oletta
Louvois à son arrivée

février 2012
février 2012

Juin 2012 : "grâce à un travail quotidien, Louvois se refait une belle musculature. Il a fait sa première balade en extérieur, d'un pas actif et oreilles en avant. Il a compris qu'il a le droit de galoper et s'en donne à cœur joie lors du travail dans le rond de longe".

juin 2012
juin 2012

Septembre 2012 : "Il a gardé son poids de forme et est travaillé régulièrement. Nous nous sommes même baignés dans le lac de Padula cet été".

septembre 2012
septembre 2012

Octobre 2012 : "Pour traiter une fièvre incompréhensible, nous lui avons fait une injection d'antibiotique à large spectre. Il a déclenché un choc allergique que nous avons stoppé avec une injection antihistaminique et de cortisone. Depuis il semblait avoir des difficultés à s'en remettre. Suite à ses analyses de sang, il apparait qu'il s'est beaucoup déshydraté et que le choc allergique a provoqué une souffrance cellulaire".

"Laurence (la propriétaire du club où il est en pension) a veillé Loulou nuits et jours et réagi immédiatement à chaque colique et à chaque symptôme et a annulé ses cours et randos pendant 6 jours. Et puis des gens sont venus se relayer pour tenir la perf, le faire manger, le soutenir pendant que je devais travailler ou que je faisais le tour des vétos pour avoir des médicaments. Bref, tous ces gens ont sauvé Loulou. Aujourd'hui il a retrouvé toutes ses facultés et prend du repos dans son paddock avec une jument qu'il apprécie, il a maigri mais ce n'est pas catastrophique et il devrait vite se remplumer."

août 2013
bain de pieds

retour